Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 25/09/2020 à 17h35

Cybergun -12,72% 0,140€

  • ALCYB - FR0013505583
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Hugo Brugière, Vice-président de Cybergun

Hugo Brugière Vice-président de Cybergun

Nous devons attendre avant de crier victoire...
Hugo Brugière, Vice-président de Cybergun

Boursier.com : Le retour de la croissance que vous visez pour le premier semestre de l'exercice en cours est-il bien engagé ?

H.B. : Oui mais nous devons attendre avant de crier victoire, le retournement n'est pas une science exacte et comme dans toute histoire il y a des hauts et il y a des bas. La seule chose que je peux vous dire c'est qu'à l'heure où je vous parle nous sommes conformes au budget plan annuel que nous avons réalisé. Mais au delà de cela, nous avons finalisé avec succès la phase 1 du plan de retournement avec désormais un bilan assaini et renforcé, qui dote la société des moyens de mener à bien son plan de relance, et donc sa croissance. Nous avons un bilan assainit avec 16,3 ME de fonds propres pour un endettement financier net de 13,3 ME. Pour rappel, au 31 mars 2014, le 'gearing' était de 1.106%, nous sommes désormais parés à capter la croissance dans un marché de l'airsoft estimé à plus de 1 Milliard d'euros et nous sommes assez confiants pour l'exercice 2015, avec un objectif de retour progressif à la croissance et une amélioration significative des résultats. Quoiqu'il en soit l'EBITDA à la fin de l'exercice sera positif, ce n'est pas qu'une simple question de nécessité mais de responsabilité et j'ai d'ailleurs récemment annoncé que je remettrai ma démission devant les actionnaires si cela ne devait pas être le cas.

Boursier.com : Quels sont les axes stratégiques de la relance commerciale ?

H.B. : Nous souhaitons mener de fronts trois actions : récupérer nos parts de marché perdus, ouvrir de nouveaux territoires et développer de nouveaux calibres. Depuis bientôt 3 ans, Cybergun perdait sans cesse des parts de marché et ce pour plusieurs raisons : peur des clients de ne pas être livrés, préférence pour aller vers les contrefaçons - moins chère - en se disant que nous n'aurions pas les moyens de défendre nos licences. Ce temps là est fini et grâce à la puissance de nos licences nous allons récupérer un par un les marchés perdus. Mais au delà de cette action "classique" nous allons fortement activer de nouveaux marchés et notamment l'Amérique Latine qui est un marché très prometteur. En parallèle de tout cela nous allons nous lancer ou fortement progressé sur des nouveaux calibres comme le 4,5 mm et le calibre .22. Ce sont de vastes chantiers mais il n'y a pas de grandes réussites sans de fortes ambitions.

Boursier.com : Le destockage est un axe fort de votre plan de redressement. Etes-vous parvenus au niveau de stock "tampon", autour de 15 ME que vous visiez ?

H.B. : Oui, nous l'avions promis, nous l'avons fait... Le déstockage est un élément majeur de notre plan de redressement et nous sommes arrivés à réduire de 9,4 ME le montant total des stocks grâce à une politique active de déstockage et la dépréciation des actifs à faible rotation, nous sommes ainsi revenu à un niveau normatif de stocks de 14 ME contre 23 ME l'année dernière. Il y avait trop de stocks dans le groupe et surtout un stock mal composé. Nous arrivons au bout de ces dérives et il va maintenant nous falloir tenir la barre. Nos équipes sont motivées et sont prêtes à aller au combat...

Boursier.com : Vous visez une optimisation de l'EBITDA de 4 ME cette année, cela suffira-t-il pour l'équilibrer ?

H.B. : Nous n'avons pas fait que viser une optimisation de l'EBITDA, nous l'avons réalisée... Nous avons d'un côté annoncé un EBITDA retraité cette année à -2,3 ME et de l'autre annoncé un gain - toute chose égale par ailleurs - de 4 ME sur l'EBITDA. Le calcul n'est pas difficile à faire... Donc si nous reprenons les comptes des années passées et encore une fois, toute chose égale par ailleurs, oui, cela suffit. Pour autant cela n'est pas suffisant pour nous et maintenant grâce au volet offensif nous allons aller plus vite, plus fort et plus profondément.

Boursier.com : Les amortissements et dépréciations d'actifs ont été lourds lors de l'exercice passé... Faut-il craindre de nouveau à ce que ces éléments pèsent sur les comptes de l'exercice en cours ?

H.B. : Je ne l'espère pas ! Nous avons fait ce fort nettoyage car nous ne voulions justement pas revenir deux fois devant les actionnaires pour annoncer des mauvaises nouvelles... Alors on y est allé fort, quitte à faire des reprises l'année prochaine. Le mode de calcul est simple : nous avons déprécié tous les produits qui n'ont pas été vendus depuis un an, déprécier à 60% les produits qui ont une durée de rotation supérieur à 36 mois et déprécier à 33% les produits que nous ne considérons plus comme stratégique et pour lesquels nous nous laissons 3 ans pour les vendre. Il fallait nettoyer, le marché l'attendait et d'ailleurs vous pouvez remarquer que sa réaction a été plutôt positive... Maintenant que la restructuration financière est en grande partie derrière nous il nous reste une chose à faire : gagner à nouveau de l'argent. Nous y sommes prêts !...

©2015-2020,