Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 24/09/2020 à 17h35

Latecoere -3,62% 1,330€

  • LAT - FR0000032278
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Alléger
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Frédéric Michelland, Président du Directoire de Latécoère

Frédéric Michelland Président du Directoire de Latécoère

Le vote contre ou l'abstention sur une seule des résolutions équivaut à un vote contre la totalité du projet de restructuration financière de Latecoere !
Frédéric Michelland, Président du Directoire de Latécoère

Boursier.com : Vous êtes à la veille de votre Assemblée Générale, comment l'abordez-vous (NDLR : elle se tient lundi 29 juin à Toulouse) ?

F.M. : Avec confiance !... Nos actionnaires vont pouvoir exprimer par leur vote leur souhait de voir non seulement leur société poursuivre son activité, mais aussi lui donner les moyens de se construire un avenir. L'enjeu est donc de taille et avec la feuille de route que nous avons partagée il y a quelques semaines, ils ont toutes les cartes en mains pour décider et je sais qu'ils feront le bon choix...

Boursier.com : Peut-on dire que cette AG peut prendre la forme d'une sorte d'aboutissement après des mois de négociations ?

F.M. : Les négociations des sept derniers mois ont été intenses car l'objectif était d'arriver à une solution cohérente, globale qui adresse l'ensemble des enjeux financiers auxquels est confronté Latécoère... L'accord qui sera soumis à l'approbation de nos actionnaires est le résultat d'un compromis, comme toute négociation. Il ne pouvait en être autrement compte tenu de l'importance des efforts demandés à chacun et l'ampleur de l'opération envisagée. Il est équilibré car nous avons veillé à ce qu'il préserve au mieux les intérêts essentiels de toutes les parties prenantes sans perdre de vue celui de la société, qui est de poursuivre son activité, surtout quand elle a la chance d'avoir un carnet de commandes de 4 ans. C'est la raison pour laquelle le vote en Assemblée Générale de chacune des résolutions relatives à la restructuration financière, qui forment un tout cohérent, est important, avant la levée des conditions suspensives.

Boursier.com : Redoutez-vous une opposition lors de l'AG ?

F.M. : En clair, le vote contre ou l'abstention sur une seule de ces résolutions équivaut à un vote contre la totalité du projet de restructuration financière... En votant en faveur de chacune des résolutions, le soutien de nos actionnaires permettra au groupe de rassurer sur sa pérennité en tant qu'acteur majeur de la filière aéronautique.

Boursier.com : Que se passera-t-il si l'AG ne vote pas les résolutions proposées ?

F.M. : Si les actionnaires ne votent pas l'ensemble des résolutions relatives à la restructuration financière, Latécoère se retrouvera le 30 juin face à ses échéances de dette exigibles, qui sont de 106 ME et auxquelles elle ne sait pas faire face aujourd'hui... Nous reviendrons donc au point de départ, mais cette fois-ci dans un contexte qui sera beaucoup plus compliqué en raison de la perte définitive de confiance dans la capacité de notre Groupe à faire face à ces difficultés.

Boursier.com : Des porteurs de BSA se sentent oubliés et souhaitent un ajustement de leurs bons, qu'en est-il exactement ?

F.M. : L'accord conclu avec les créanciers prévoit que les modalités définitives des augmentations de capital ne pourront être déterminées qu'une fois les conditions suspensives réunies... Il est par ailleurs prévu que ces modalités devront tenir compte de l'exercice des BSA afin de respecter les termes et conditions de ceux-ci. Ces BSA sont exerçables jusqu'au 30 juillet 2015, date à partir de laquelle ils deviendront caducs. Une prolongation de l'échéance de ces bons ou une modification de leurs conditions d'exercice dans des termes différents de ce qui est prévu au contrat d'émission actuel n'est pas envisagée. Et puis rappelons que les porteurs de BSA ont eu de nombreuses opportunités pour exercer leurs bons et qu'à ce jour, sur les quelques 4,2 millions existants, seuls 80.000 environ ont été exercés... Et qu'aujourd'hui, les porteurs de ces BSA qui souhaitent accompagner le groupe ont la possibilité de le faire en les exerçant. Concéder des droits nouveaux aux porteurs de BSA se ferait au détriment d'une grande majorité d'actionnaires historiques du Groupe.

Boursier.com : Pourquoi ne pas attribuer de nouveaux BSA, comme en 2010, pour limiter la dilution des actionnaires historiques ?

F.M. : L'accord obtenu a été longuement négocié, le Conseil de Surveillance et le Directoire se sont mobilisés pour trouver une solution qui prenne aussi en compte les intérêts des actionnaires historiques et stables du Groupe. En effet, l'essentiel de l'augmentation de capital est proposée avec DPS, avec un différentiel de prix quand même très significatif. Par ailleurs, les créanciers apportent une garantie qu'aucun autre actionnaire ne peut aujourd'hui proposer et permettent d'assurer le succès de l'augmentation de capital, avec l'apport de 100 ME d'argent frais.

Boursier.com : Cette restructuration financière est indispensable... Quels sont vos objectifs de développement ?

F.M. : Cette première étape redonnera des marges de manoeuvre financière au groupe et nous permettra de nous consacrer aux enjeux stratégiques du plan Boost qui sont de trois ordres : combler les handicaps du Groupe conséquents d'une capacité d'investissement limitée ces dernières années, répondre à l'évolution court et moyen terme des attentes de nos grands donneurs d'ordre et adapter progressivement le positionnement du groupe à l'évolution de son environnement concurrentiel. En clair, un groupe recentré sur des activités intégrant plus de valeur ajoutée avec deux mots d'ordre : rentabilité et compétitivité. Il nous reste beaucoup de chemin à parcourir et quand on est industriel et, qui plus est dans des activités de projets long terme, rien ne peut être considéré comme acquis. Nous sommes à un tournant dans l'histoire du groupe, à nous de lui donner un futur davantage tourné vers ses clients et des offres plus intégrées.

Boursier.com : Quel regard portent les nouveaux actionnaires, Apollo et Monarch, sur Latécoère ?

F.M. : Notre projet stratégique bénéficie d'un soutien total de nos futurs actionnaires... Au cours des sept mois qu'ont duré les négociations, nous nous sommes attachés à expliquer aux nouveaux créanciers du groupe à la fois le modèle de développement de Latécoère, les enjeux à court et moyen terme auxquels il est confronté, mais aussi la stratégie la plus appropriée pour y répondre. L'accord signé avec nos principaux créanciers, dont Apollo en tant que chef de file, permet ainsi d'assurer l'avenir industriel de Latécoère. Par ailleurs, nous pourrons compter sur l'expertise d'Apollo bâtie au cours des 25 dernières années et reconnue dans le monde entier.

Boursier.com : Vous sortez du salon du Bourget, une première pour vous, qu'en retenez-vous ?

F.M. : Ce que je retiendrai avant tout, c'est de voir nos collaborateurs à nouveau fiers d'appartenir à un Groupe comme Latécoère, de retrouver l'envie d'aller chercher de nouvelles affaires, de faire preuve d'appétit redoublé... C'est d'autant plus important que le marché est de plus en plus difficile, même si les hausses de cadences en partie derrière nous, font toujours rêver... Le marché est très concurrentiel et il faudra de plus en plus se battre pour rentrer des affaires rentables. Tous nos collaborateurs sont prêts à relever les nouveaux défis qui s'annoncent et cela s'est fortement ressenti lors de nos rencontres avec nos clients et nos fournisseurs. Je veux maintenir cette dynamique. Nos actionnaires auront la possibilité dans les prochains jours de nous manifester leur désir de voir Latécoère reconquérir la place qui lui revient dans la filière aéronautique...

©2015-2020,