Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 14/08/2020 à 10h33

Adeunis -2,27% 2,580€

  • ALARF - FR0013284627
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Frank Fischer, PDG d'Adeunis

Frank Fischer PDG d'Adeunis

Un adossement d'Adeunis toujours en discussion...
Frank Fischer, PDG d'Adeunis

Boursier.com : Le retour à l'équilibre d'exploitation dès le prochain exercice, c'est-à-dire 2020/2021, est-il en bonne voie?

F.F. : La réduction significative des pertes, notamment de l'EBE, confirme qu'Adeunis est dans la bonne direction et nous conforte dans cet objectif d'EBE à l'équilibre. La restructuration complète de la société a aussi validé la stratégie devant nous mener à la rentabilité. L'amélioration sensible de la marge brute, + 4 points, a été réalisée sur 7 mois seulement, depuis la cession de Vokkero.

Boursier.com : Votre stratégie grands comptes à travers des prestataires de services et industriels, donc des volumes importants, est-elle validée?

F.F. : Absolument. Nous avons acquis un certain nombre de grands comptes en France et à l'étranger qui nous assurent de la visibilité et de la profondeur de marché. Cette stratégie était la bonne! Cela ne signifie pas pour autant qu'Adeunis abandonne ses autres clients... Mais nous avons désormais fait le choix de distributeurs adressant plutôt des clients "premium". Cela nous permet de conserver une structure légère et flexible en interne, dédiée au support, à l'accompagnement et à la vente aux grands comptes, tout en maintenant un chiffre d'affaires non négligeable via la distribution.

Boursier.com : Où en est votre déploiement à l'international?

F.F. : Nous avons décidé d'ouvrir de nouveaux territoires fin 2019, notamment la zone Océanie, l'Asie du sud-est et l'Amérique du Nord. Cela a supposé d'adapter nos produits aux règles propres d'utilisation de ces pays et il a fallu identifier les bons partenaires. L'effet Covid, notamment aux Etats-Unis, produit de l'inertie, mais les commandes ont débuté, pas forcément sur un rythme très soutenu, mais cela valide le fait qu'il existe un besoin dans ces pays-là. En Europe, l'accélération a été significative : la typologie de distributeurs, les marchés adressés, les solutions que nous proposions étaient les bonnes.

Boursier.com : Comment avez-vous traversé la crise sanitaire commercialement?

F.F. : Une partie de notre production étant localisée en Asie où les premiers effets du Covid se sont fait sentir, nous avons pu anticiper la situation en Europe et nous préparer au télétravail de nos équipes, à hauteur de 90%. L'impact de la crise sanitaire ne s'est pas révélé très fort sur notre exercice clos le 31 mars. D'un point de vue administratif, nous avons sollicité des reports de charges, demandé une anticipation du versement du "CIR". Cela nous a permis de stabiliser notre Trésorerie, renforcée qui plus est par un PGE de 0,825 ME. Nous n'avons aucun souci de visibilité sur l'exercice à venir.

Boursier.com : Il y a un peu plus de 6 mois vous aviez donné mandat à une banque d'affaires pour travailler à un adossement... Rien ne s'est produit depuis... Est-ce les négociations qui n'ont pas abouti? Vous n'avez pas trouvé d'acheteurs? Ou avez-vous changé de stratégie?

F.F. : Le processus a été lancé fin 2019 et a été freiné par la crise sanitaire. La plupart des entreprises ayant montré un intérêt pour Adeunis ont souhaité mettre en pause le travail sur un processus de rapprochement. Mais il est de nouveau en cours. Les discussions se poursuivent et, je l'espère, aboutiront dans quelque temps. C'est une stratégie parallèle à la stratégie principale de l'entreprise. Je rappelle que nous avons radicalement changé la physionomie de la société au cours du dernier trimestre calendaire 2019 avec des focus sur les produits à marge élevée, des innovations sur l'intelligence artificielle, pour nous permettre de nous retrouver dans une démarche de croissance. Cette démarche nous permet d'assurer une visibilité à long terme de la société avec comme objectif de devenir leader IoT dans le smart building... Nous saurons le faire seul, mais nous irons plus vite et plus fort accompagnés d'un industriel. Le rapprochement que nous souhaitons n'est pas une nécessité financière mais une stratégie de développement.

Boursier.com : On imagine que vous n'accepteriez pas un rapprochement à n'importe quel prix... Par rapport à la capitalisation de 6,5 ME, les discussions sur le prix matérialisent-elles une prime?

F.F. : Il est évident que les actionnaires historiques d'Adeunis seront vigilants à ce que le prix tienne compte des perspectives de développement d'Adeunis. Un acquéreur qui rachèterait le bloc majoritaire devrait par la suite lancer une OPA, avec on l'imagine une prime pour inciter les minoritaires à apporter leurs titres.

©2020,