Cotation du 22/10/2021 à 17h39

Valneva SE (ex-Vivalis) +0,42% 19,000€

Franck Grimaud, DG de Valneva

Franck Grimaud DG de Valneva

Le vaccin de Valneva vise les personnes hésitantes ou celles déjà vaccinées qui pourront bénéficier d'un rappel
Franck Grimaud, DG de Valneva

Boursier.com : Vous lancez officiellement le processus devant aboutir à une AMM auprès des autorités britanniques... Le calendrier annoncé lors de la publication des comptes semestriels est-il maintenu?

F.G. : Nous soumettons les données de la phase III au fil de l'eau, ce qui permet de gagner du temps dans le processus global. Le calendrier est maintenu : nous pensons être en mesure de communiquer les premiers résultats de Phase 3 au début du 4ème trimestre. S'ils sont bons, la procédure d'autorisation de mise sur le marché au Royaume-Uni démarrera dans la foulée avec une approbation potentielle espérée en fin d'année 2021 ce qui nous permettrait de livrer nos premières doses.

Boursier.com : Les 100 millions de doses commandées par le gouvernement britannique à livrer en 2021 et 2022, sont-elles soumises aux résultats de la phase III?

F.G. : Absolument. On ne peut pas vacciner sans autorisation. Les autorités ont la possibilité de commander jusqu'à 190 millions de doses d'ici fin 2025.

Boursier.com : Qu'en est-il de vos discussions avec les autorités européennes ?

F.G. : Concernant les commandes de doses, les discussions sont en cours. Par ailleurs, nous menons toujours un dialogue avec l'Agence Européenne des Médicaments (AEM), à propos des données nécessaires à un enregistrement européen. Les discussions se déroulent favorablement et nous espérons pouvoir faire des annonces officielles prochainement.

Boursier.com : Rappelez aux lecteurs les spécificités de votre vaccin?

F.G. : Il s'agit d'un vaccin traditionnel comme celui utilisé pour la grippe saisonnière, à virus inactivé avec adjuvants. Ces vaccins sont connus pour présenter une profil d'innocuité très intéressant et peuvent être conservés à des températures standards au réfrigérateur.

Boursier.com : Comment peut-il s'insérer dans l'univers vaccinal covid-19? Visez-vous les non-vaccinés?

F.G. : Nous comptons apporter une réponse complémentaires à celles déjà existantes. Nous visons ainsi les populations encore non vaccinées et celles hésitantes à se faire vacciner avec de nouvelles technologies, les populations qui préfèrent un vaccin plus classique et éprouvé. Mais nous visons aussi l'utilisation de notre vaccin pour les rappels de vaccination. Autrement dit, les personnes déjà vaccinées pourraient bénéficier d'un rappel avec notre vaccin, sous réserve de l'obtention d'une AMM. Concernant la classe d'âge, nous visons une large population, puisque si la première AMM concernera les 18-56 ans, nous menons aussi un essai en Nouvelle-Zélande pour élargir l'âge de la vaccination aux plus de 56 ans. L'objectif est donc d'élargir la vaccination aux différentes populations, après le premier enregistrement. Il y aura aussi un enjeu de durée de protection vaccinale et nous espérons apporter des contributions en la matière, sur le long terme.

Boursier.com : Avez-vous suffisamment appréhendé l'enjeu de production?

F.G. : Nous avons débuté la production dès février dernier dans notre usine écossaise et nous mettons en flacons dans notre usine suédoise. Nous finalisons la mise en place de capacités supplémentaires en Ecosse et en Suède qui permettront de produire plus de 100 millions de doses en 2022.

Boursier.com : Comprenez-vous la polémique concernant l'ARN messager utilisée par les vaccins concurrents, n'a t-elle pas de raison d'être selon vous, qui avez développé un vaccin "classique"?

F.G. : Sans les vaccins ARN messager, nous connaîtrions encore des problèmes épidémiques et serions vraisemblablement soumis à de nouveaux confinements. Des milliards de personnes sont vaccinées par cette technologies et elle a été et est toujours utile. Toutes les technologies, y compris les vaccins recombinants, les vecteurs viraux, sont aujourd'hui complémentaires dans la lutte contre cette pandémie, pour vacciner l'ensemble de la population mondiale et apportent des solutions de durée de protection et de couverture de populations spécifiques qui sont in fine complémentaires..

Boursier.com : Et le Chikungunya dans tout ça ?

F.G. : Nous avons annoncé de très bons résultats de phase III et nous allons lancer la procédure d'enregistrement, une fois que nous aurons l'ensemble des données. Valneva pourrait être le premier acteur à commercialiser ce vaccin en Europe et aux Etats-Unis. C'est important car aux Etats-Unis, la société dont le vaccin contre le chikungunya recevra la première autorisation de mise sur le marché sera éligible à l'obtention d'un bon d'évaluation prioritaire cessible (Priority Review Voucher) de l'autorité de santé américaine FDA. J'ajoute que nous poursuivons nos développements dans la maladie de Lyme dans le cadre de notre partenariat avec Pfizer. Nous espérons entrer en phase III l'an prochain et une commercialisation dès 2025.

Boursier.com : Le Nasdaq au printemps dernier était-il une opportunité dans le contexte "covid" ou était-ce dans les cartons depuis quelques temps déjà ?

F.G. : Nous l'ambitionnions depuis un certain temps mais encore fallait-il trouver le bon créneau. Cela a été le cas et nous nous adressons désormais à des investisseurs spécialisés en Santé, pouvant effectuer des investissements importants que nous solliciterons le moment voulu, en cas de besoin, comme nous l'avons fait en levant 108 M$ lors de l'IPO. La recherche d'une meilleure valorisation était également l'un des objectifs de cette IPO.

©2021

Actualités Valneva SE (ex-Vivalis)

Plus d'actualités