Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 16/07/2020 à 16h15

Arcure -1,07% 2,770€

Franck Gayraud, DG d'Arcure

Franck Gayraud DG d'Arcure

Une vive croissance aux Etats-Unis en 2020
Franck Gayraud, DG d'Arcure

Boursier.com : Le chiffre d'affaires 2019 est finalement assez stable, à +2%... Comment l'expliquez-vous ?

F.G. : 2019 a été une année de transformations pour Arcure. De fait, notre introduction en Bourse en début d'année nous a fait changer de dimension, puis nous avons travaillé à développer notre force commerciale, en la multipliant par trois, pour déployer notre stratégie d'expansion. Nous avons donc passé le premier semestre à nous mettre en ordre de bataille. Puis au second semestre, nous avons pu commencer à tirer les bénéfices, avec un chiffre d'affaires en hausse de 33%.

Boursier.com : Maintenez-vous l'ambition de réaliser 60 ME en 2023, avec 25% de marge opérationnelle ?

F.G. : Nous sommes conscients que cela représente une accélération importante pour Arcure, mais nous sommes toujours convaincus que notre marché est gigantesque et que nous possédons la capacité pour l'adresser. Nous mettons justement tout en oeuvre pour maximiser notre capacité à l'adresser !

Boursier.com : Vous n'aviez pas levé les fonds initialement voulus lors de l'introduction en Bourse il y a un an. Cela vous a t-il fait défaut?

F.G. : En effet, nous n'avons pas levé autant qu'espéré mais nous nous adaptons en conséquence pour maintenir nos objectifs. Cela nous a simplement retiré une partie des réssources que nous aurions dédiées à une croissance externe. Si d'aventure nous trouvions une cible adéquate, nous pourrions être amené à nous tourner vers le marché. Aucun dossier n'est à l'étude aujourd'hui bien que nous restions en veille permanente. On peut envisager de s'intéresser à une activité connexe à la nôtre, sur une technologie à fort potentiel et complémentaire, mais pas d'intégration verticale qui consisterait à racheter un sous-traitant ou un réseau de distribution.

Boursier.com : Où en est votre filiale aux Etats-Unis?

F.G. : Si la tendance de fin 2019 se confirme, nous devrions atteindre une vive croissance aux Etats-Unis en 2020. Après plusieurs années où nous avons travaillé avec des distributeurs, nous avons fait le choix de mettre en place notre propre équipe commerciale, sur place, et nous développons la même stratégie qu'en France : nous visons les grands groupes avec qui nous concluons les contrats, mais les réseaux de distributions de véhicules prennent ensuite le relais pour l'intégration du produit et le SAV, ce qui incite ces réseaux à se faire les ambassadeurs de notre technologie par la suite en les impliquant dans toutes les ventes. Nous sommes aujourd'hui en contact avec de nombreux réseaux et avec une dizaine de grands groupes qui testent le produit avant, nous l'espérons, de passer commandes. Nous avons également d'importantes ambitions en Allemagne et en Espagne.

Boursier.com : Votre offre Omega est-elle enfin sur les bons rails?

F.G. : Le processus est plus long car nous nous adressons à des intégrateurs qui placent notre technologie au sein de leurs robots ou de leurs véhicules automatisés. Nous ne visons que des ventes en série et aucune vente unitaire. Nous menons beaucoup de discussions et sommes dans des phases d'essais. Nous sommes confiants quant à l'intérêt du Marché pour le produit. Les secteurs industriels et agricoles devraient susciter des commandes.

©2020,