Cotation du 20/05/2022 à 17h35

Amoeba +0,87% 0,582€

  • ALMIB - FR0011051598
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Fabrice Plasson, Cofondateur et Président d'Amoéba

Fabrice Plasson Cofondateur et Président d'Amoéba

Un changement de statut pour Amoéba
Fabrice Plasson, Cofondateur et Président d'Amoéba

Boursier.com : La récente décision de l'Autriche recommandant l'approbation de la substance active de biocontrôle pour le territoire européen valide-t-elle définitivement votre produit ?

F.P. : C'est la décision que nous attendions depuis longtemps, qui pérennise Amoéba, validant à la fois notre technologie, notre produit de biocontrôle et in fine le changement de statut d'Amoéba. Nous avions échoué à cette étape pour le biocide en 2018. Notre produit de biocontrôle a donc démontré une efficacité presque similaire à celle d'un produit chimique sur les plantes. Avec un risque sanitaire 0 : l'autorité autrichienne a clairement reconnu l'absence de toxicité, indiquant que la substance est à faible risque et donc l'absence de résidus à rechercher. Au final, notre produit s'avère parfait pour remplacer ou compléter les pesticides chimiques. Diminuer le recours à ces derniers est bon pour le consommateur, l'agriculteur, la biodiversité et les sols.

Boursier.com : Vous dites "presque aussi efficace" qu'un produit chimique. Que manque t-il ?

F.P. : Si la pression des maladies s'avère très forte, notre traitement s'avère encore inférieur au traitement chimique en termes d'efficacité. Mais dans ce cas, avec en général deux traitements, il peut être appliqué au premier passage, avant que le pesticide chimique ne soit appliqué au deuxième, ce qui diminue de toute façon le recours à ces derniers. J'ajoute que, parmi les avantages, les produits biocontrôle évitent les résistances des champignons constatées avec les produits chimiques. Dans son processus, notre produit vient traiter directement le champignon pathogène, un système d'action différent et qui peut s'avérer complémentaire de celui consistant à dynamiser la résistance des plantes.

Boursier.com : Concrètement quels types de marchés visez-vous?

F.P. : Notre produit est efficace sur la vigne, les grandes cultures, les cultures maraîchères... Un marché supérieur à celui du traitement de l'eau, que nous visions initialement. Nous nous concentrerons tout d'abord sur les cultures maraîchères et la vigne. Dans un deuxième temps, nous viserons les grandes cultures.

Boursier.com : Qu'en est-il de la date espérée de mise sur le marché ?

F.P. : Nous visons une mise sur le marché en 2024. Il nous faut d'ores et déjà préparer l'industrialisation avec un nouveau site capable de produire 12 tonnes de substance active par an.

Boursier.com : Jusqu'à quelle date êtes-vous financés ?
F.P. : Nos développements sont financés jusqu'en début 2024, mais nous nous tournerons vers le Marché pour financer la nouvelle usine. Nous pensons bénéficier d'aides publiques pour, globalement, 50% de ce montant. Il nous faudra aller chercher le complément auprès des investisseurs.

©2022

Actualités Amoeba

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités