Cotation du 26/10/2021 à 12h30

SII +1,29% 39,400€

Eric Matteucci, Président du Directoire de SII

Eric Matteucci Président du Directoire de SII

La conjoncture s'améliore dans l'ensemble des secteurs économiques
Eric Matteucci, Président du Directoire de SII

Boursier.com : La crise sanitaire a-t-elle perturbé l'activité de SII ?

E.M. : La dynamique de croissance de SII a été freinée de manière temporaire par la pandémie avec un chiffre d'affaires pour l'exercice clos à fin mars en recul de 1,5% à taux de change constants. La situation sanitaire a occasionné des problèmes d'organisation en raison de la bascule vers le télétravail. Ainsi, l'activité dans la défense a connu un brusque coup d'arrêt pour des questions de sécurité... Les secteurs pénalisés par la crise ont été l'aéronautique, l'automobile et le tourisme. En revanche, les télécoms ont bien fonctionné et la banque a résisté. Par ailleurs, SII se place en position de conquête dans l'énergie et la santé...

Boursier.com : Quelle est la répartition sectorielle de l'activité ?

E.M. : La banque représente 20% des ventes de SII, l'aéronautique/défense 19%, les télécoms 15% et l'énergie 7%...

Boursier.com : Pourquoi la décroissance des revenus est-elle beaucoup plus marquée en France qu'à l'international ?

E.M. : En France, le chiffre d'affaires 2020/2021 a décroché de 9,2% en raison de la forte empreinte des métiers les plus pénalisés par la pandémie avec l'aéronautique et l'automobile. L'Allemagne a également subi une situation difficile... En revanche, SII a continué d'évoluer de manière favorable en Pologne avec une hausse de 20% de l'activité. SII compte désormais plus de 4.000 ingénieurs en Pologne, soit davantage qu'en France.

Boursier.com : Comment se porte la demande aujourd'hui ?

E.M. : La conjoncture s'améliore dans l'ensemble des secteurs économiques. Certes, l'activité demeure en retrait dans l'aéronautique et l'automobile... Dans ce dernier secteur, beaucoup de projets figurent dans les cartons avec l'électrique et l'hydrogène.

Boursier.com : Allez-vous effectuer des opérations de croissance externe ?

E.M. : Dans notre métier, les acquisitions restent compliquées à mettre en oeuvre. Les valorisations n'ont en effet pas baissé pendant la crise. La compétition avec les acteurs du private equity nous pénalise dans la recherche de cibles à prix raisonnable...

Boursier.com : Comptez-vous rester indépendant ?

E.M. : Alors que le cycle de croissance dans le conseil en innovation est reparti, SII entend poursuivre son parcours de manière autonome et continuer de grandir...

©2021