Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 10/08/2020 à 17h22

Deinove +0,83% 0,730€

  • ALDEI - FR0010879056
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Emmanuel Petiot, DG de Deinove

Emmanuel Petiot DG de Deinove

Si je ne peux pas garantir à nos actionnaires que le marché des biocarburants soit porteur, je suis sûr que celui des antibiotiques le sera
Emmanuel Petiot, DG de Deinove

Boursier.com : Le rachat de 100% de Déinobiotics marque votre revirement stratégique avec priorité donnée aux applications de Santé...

E.P. : Les antibiotiques ne sont pas une nouveauté chez Deinove, nous nous sommes penchés dessus dès 2009, car les bactéries produisent des antibiotiques. Le projet restait marginal comparé à nos activités de biocarburants au sein de Deinol. En 2012, nous avions filialisé Deinobiotics car nous n'étions pas en mesure de mener les développements en parallèle de ceux de Deinol... Et Deinobiotics a permis la découverte d'une nouvelle structure chimique. La baisse du prix du baril de pétrole nous poussant à mettre en suspens l'activité Deinol, nous nous consacrons désormais pleinement aux antibiotiques. Le raisonnement est le suivant : dans un an, je ne peux pas garantir à nos actionnaires que le marché des biocarburants sera porteur. Mais je suis sûr que celui des antibiotiques le sera toujours.

Boursier.com : En quoi les propriétés des Déinocoques sont-elles aussi performantes dans le domaine des antibiotiques que dans le biocarburant ?

E.P. : La biodiversités a été exploitée pour les biocarburants et dans l'industrie par Deinove. Nous avons appris à connaître notre biodiversité : nous savons quelles bactéries vont produire les antibiotiques. Ce ne sont d'ailleurs pas forcément des déinocoques. Nous avons ainsi déposé des premiers brevets dans les antibiotiques, dont la souche bactérienne n'est pas issue de déinocoques. Ce que nous démontrons c'est que la biodiversité de ces bactéries est susceptible de produire de nouvelles structures d'antibiotiques.

Boursier.com : Qu'indiquez-vous au Marché en termes d'horizon de développement suite au changement de stratégie que vous avez décidé cette année et qui vous pousse désormais à privilégier les applications " Santé " et non plus " biocarburant " ?

E.P. : Concernant les antibiotiques, le processus est celui, classique d'études cliniques suivant une pré-clinique. Notre modèle sera de lancer des composés optimisés et validés, qui seront ensuite développés par des acteurs de l'industrie pharmaceutique lors des phases cliniques. Sur la partie industrielle, nous confirmons notre ambition de générer les premiers revenus en 2018, que ce soit avec nos clients ou bien en vendant nos propres caroténoïdes.

Boursier.com : Concernant le volet "industriel", Deinochem, quelle valeur ajoutée pouvez-vous apporter à un marché des anti-oxydants ou des colorants ?

E.P. : Nous apportons une solution naturelle et innovante, à coût compétitif à nos clients. Nous le réalisons à partir de caroténoïdes innovants à partir d'un composé naturel. Nous nous positionnons sur un procédé naturel, car produit par les bactéries et coûtant moins cher que l'extraction à partir de plantes.

Boursier.com : Quel niveau de prix du baril vous pousserait à lever la suspension temporaire du programme Deinol ?

E.P. : Trois éléments sont à prendre en compte : d'abord le prix du baril qui doit remonter et surtout se stabiliser à niveau plus élevé, par exemple à 80$. Le prix des matières premières est tellement variable qu'il ne permet pas de justifier la reprise d'un projet aujourd'hui. Deuxième élément : les gouvernements et leur politique de soutien à la filière. Si Donald Trump place des climato-sceptiques en poste, il n'y aura plus aucun soutien ou financement. Le troisième élément en conséquence de ce deuxième : les industriels ne construiront pas d'usines et nous n'aurons plus de débouchés.

Boursier.com : Quelle source de financement allez-vous privilégier dans les prochains mois ?

E.P. : Notre visibilité nous mène aujourd'hui jusqu'à début 2018. Nous disposons aussi une Equity Line. Par ailleurs, notre volonté est d'aller chercher des fonds non-dilutifs, susceptibles de financer le développement dans la Santé. Enfin, nous nous laissons aussi l'option d'un appel au Marché ou d'un financement via des fonds d'investissements, européens ou américains.

©2017-2020,