Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 29/10/2020 à 16h52

Ramsay Générale de Sante -0,88% 16,850€

  • GDS - FR0000044471
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Emmanuel de Geuser, Directeur Administratif et Financier du groupe GENERALE DE SANTE

Emmanuel de Geuser Directeur Administratif et Financier du groupe GENERALE DE SANTE

Nous allons reprendre un programme de croissance externe ambitieux
Emmanuel de Geuser, Directeur Administratif et Financier du groupe GENERALE DE SANTE

Boursier.com : Générale de Santé a dépassé les attentes de la place financière au premier semestre avec un EBE record de 100 Millions d'Euros, qui correspond à une marge brute d'exploitation de 13,6% contre 12% au premier semestre 2004. Quels éléments expliquent cette forte amélioration ?

E.d.G. : Ce redressement de la profitabilité a été accéléré par les premiers effets de la mise en place de Tarification à l'acte et à l'activité (T2A) qui permet de meilleurs taux d'occupation de nos établissements et donc une accélération de notre croissance organique, mais également par la poursuite du programme de restauration des marges "Tremplin" avec une meilleure maîtrise des coûts de personnels et des achats. Au sujet du programme "Tremplin", les économies nettes sont estimées à 8 ME sur 2005.

Boursier.com : Quels sont les objectifs pour l'ensemble de l'exercice ?

E.d.G. : Générale de Santé table désormais sur une marge opérationnelle supérieure à 12,3%, en amélioration de plus de 1 point, contre 0,4 à 0,8 point envisagé initialement. Le chiffre d'affaires est attendu en croissance à deux chiffres.

Boursier.com : Où en est votre programme d'externalisation de l'immobilier ?

E.d.G. : Nous avons engagé la première phase de ce programme, "Hestia 1", en mai 2005. Nous venons de définir le périmètre concerné et nous sommes en train de finaliser le format du projet avant de sélectionner les investisseurs à partir du mois de novembre. Nous sommes plutôt sur un schéma de sortie totale de l'immobilier et nous espérons présenter les détails du projet le 2 mars 2006 lors de la publication des résultats 2005 pour une finalisation du projet en juin 2006. Une deuxième phase, "Hestia 2", devrait intervenir dans les prochaines années.

Boursier.com : Quels sont le périmètre et les ressources attendues de la vente de ces actifs immobiliers ?

E.d.G. : Nous avons décidé d'inclure dans "Hestia 1" les murs des établissements les plus "modernes". Le périmètre comporte 38 établissements pour une surface de 340.000 mètres carrés et une valeur comptable de 300 Millions d'Euros. Nous espérons en dégager une plus-value brute proche de 100 ME. Sur le solde de l'immobilier à céder ("Hestia 2"), la plus-value devrait être supérieure.

Boursier.com : Quel est le but de cette opération et comment allez-vous réemployer les fonds dégagés ?

E.d.G. : Ce programme d'externalisation de l'immobilier est en cohérence avec l'évolution de notre modèle économique. A un moment où notre rentabilité est en forte croissance, l'intérêt devient fort d'accélérer nos positions concurrentielles en substituant des actifs stratégiques à des actifs immobiliers.

Boursier.com : Ces nouvelles ressources seront donc consacrées aux acquisitions ?

E.d.G. : Nous allons reprendre un programme de croissance externe ambitieux. Générale de Santé va poursuive son axe traditionnel de croissance externe "sur mesure" qui comporte chaque année entre 5 et 10 acquisitions d'établissements ciblés et nous sommes désormais à la recherche d'acquisitions de groupes en France et en Italie prioritairement. L'objectif reste d'atteindre sur le long terme 20% du marché français de l'hospitalisation privée contre 12,5% aujourd'hui et de doubler de taille en Italie avec un chiffre d'affaires de plus de 200 Millions d'Euros contre 100 ME actuellement. Il faut cependant se monter sélectif, en particulier en terme de prix, étant donné la forte hausse des valorisations observées lors des dernières transactions sectorielles (autour de 10 fois l'EBE, et peut-être plus).

Boursier.com : Vous avez déclaré dernièrement être potentiellement intéressé par certains établissements de Medidep. Qu'en est-il aujourd'hui après le lancement de l'OPA du groupe Suren sur le capital de Medidep ?

E.d.G. : Nous avons eu des discussions avec Suren mais rien n'a abouti dans ce sens.

©2005-2020,

Actualités Ramsay Générale de Sante