»
»
»
»
Consultation
Cotation du 16/08/2019 à 17h35

Akka Technologies +2,59% 59,400€

  • AKA - FR0004180537
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Dov Levy, Responsable des relations investisseurs chez Akka

Dov Levy Responsable des relations investisseurs chez Akka

A terme, nous avons pour objectif de figurer dans le top 3 aux Etats-Unis
Dov Levy, Responsable des relations investisseurs chez Akka

Boursier.com : Quels sont les secteurs qui tirent l'activité d'Akka ?

D.L. : La demande est particulièrement soutenue dans l'univers de la mobilité dans son ensemble, à savoir l'automobile, le ferroviaire ou l'aéronautique... Les projets sont nombreux chez Airbus et Boeing dans les gains de productivité, la montée en cadence des chaînes de montage, la personnalisation de la cabine... Nous sommes à l'aube d'un nouveau cycle de croissance dans l'aéronautique civile avec l'arrivée de nouveaux avions d'ici quelques années. Dans l'automobile, les voitures électriques, hybrides ou autonomes soutiennent l'activité d'Akka car nous nous disposons d'une expertise et d'un savoir-faire dans ces domaines.

Boursier.com : Quelle est la répartition des ventes entre ces différents marchés ?

D.L. : L'automobile représente 37% des ventes d'Akka alors que le poids de l'aéronautique est de 35%. A l'origine, Akka était un bureau d'étude ce qui explique pourquoi nous sommes en mesure d'apporter à nos clients des solutions technologiques et innovantes.

Boursier.com : Qui sont vos principaux clients ?

D.L. : On trouve dans l'ordre Daimler suivi d'Airbus, de Renault, de Volkswagen et de Boeing.

Boursier.com : Percevez-vous tout de même un début de ralentissement de la croissance en France ou en Allemagne ?

D.L. : La situation demeure bien orientée sur le marché français. Pour ce qui est de l'Allemagne, nous ne percevons pas à ce stade de ralentissement de la demande. Les besoins persistent... Néanmoins, nous avons entrepris de revoir notre positionnement en Allemagne en arrêtant volontairement certains contrats peu profitables. Nous privilégions désormais les contrats à valeur ajoutée...

Boursier.com : Comment se porte votre filiale américaine PDS Tech ?

D.L. : Nous avons repris cette société pour le prix attractif de 92 Millions de Dollars alors qu'elle a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 278 Millions de Dollars. La croissance interne de PDS Tech est très forte à +18% sur le premier semestre 2019 après +15% en 2018... La marge d'Ebit de PDS Tech était de 2% en 2017 et de 3,5% en 2018. Elle devrait poursuivre sa remontée pour s'établir à 7% en 2020 et à 10% en 2022. L'intégration de PDS Tech est un véritable succès. Cette opération nous permet d'accompagner des clients tels que Daimler ou Porsche sur le marché nord-américain.

Boursier.com : Quelles sont vos ambitions à terme ?

D.L. : Entre 2005 et 2018, la croissance d'Akka s'est élevée à 22% en moyenne annuelle avec un mix 60/40 entre l'organique et les acquisitions. Concernant les opérations de croissance externe, nous étudions les cibles créatrices de valeur qui permettent de compléter un savoir-faire particulier ou d'enrichir la relation avec un client spécifique. L'effet de levier se situe autour de 2,2 ce qui permet de poursuivre les achats de sociétés... Akka figure dans le top 3 de sa spécialité en France et en Allemagne. A terme, nous avons pour objectif de figurer également dans le top 3 aux Etats-Unis.

Boursier.com : Pouvez-vous rappeler les objectifs 2019 ?

D.L. : La croissance organique devrait être égale ou supérieure à 6%. Pour ce qui est de la marge opérationnelle courante, elle est prévue à au moins 8% alors qu'elle était de 8% en 2018. Akka est donc parvenu à compenser rapidement la dilution liée à l'intégration de PDS Tech...

©2019,

Partenaires de Boursier.com