»
»
»
»
Consultation
Cotation du 07/12/2018 à 17h35

ABC Arbitrage +0,32% 6,200€

Dominique Ceolin, Pdt du Directoire d'ABC Arbitrage

Dominique Ceolin Pdt du Directoire d'ABC Arbitrage

Nous allons renforcer notre base asiatique avec l'ouverture d'un bureau à Singapour lors du second semestre 2014
Dominique Ceolin, Pdt du Directoire d'ABC Arbitrage

Boursier.com : Comment peut-on définir l'arbitrage ?

D.C. : L'arbitrage consiste à pister et à exploiter les incohérences de marché. Les produits Apple sont ainsi moins chers aux Etats-Unis qu'en Europe... On peut appliquer cette technique aux actions, aux obligations, aux devises, aux matières premières... L'arbitrage apporte de la liquidité au marché.

Boursier.com : Quels sont les segments où ABC Arbitrage est reconnu ?

D.C. : ABC Arbitrage n'est pas un acteur du trading à haute fréquence. Historiquement, la société est spécialisée dans les marchés actions où nous sommes un acteur important. ABC Arbitrage intervient sur 70 places en Europe, en Amérique du Nord ou en Asie... Nous avons développé également une compétence en matière de devises ou de dérivés...

Boursier.com : Vos chiffres annuels affichent un fort recul...

D.C. : Cette baisse s'explique en bonne partie par une raison technique. Les normes IFRS ont en effet impacté les chiffres 2013 à hauteur de 9 Millions d'Euros en brut. En dehors de ce phénomène non récurrent, la baisse de l'activité d'ABC Arbitrage est de 12% sur l'année écoulée. Le contexte a été difficile pour notre métier avec peu de volatilité, peu de volumes et peu de nouvelles opérations... Ces éléments constituent en quelque sorte la "matière première" de notre activité.

Boursier.com : Comment avez-vous réagi ?

D.C. : ABC Arbitrage a dévoilé son plan "Ambition 2016" qui passe par plusieurs axes de développement. L'implantation internationale constitue une de ses composantes. Nous allons renforcer notre base asiatique avec l'ouverture d'un bureau à Singapour lors du second semestre 2014.

Boursier.com : La période actuelle devient-elle plus propice à l'arbitrage ?

D.C. : La volatilité est effectivement en légère hausse... En outre, il y a davantage d'opérations financières ce qui est susceptible de générer plus d'incohérences sur les marchés. Malgré tout, les banques centrales continuent de maintenir une sorte de camisole sur les places financières. Leur intervention modifie l'appréhension du risque chez les investisseurs. Ces derniers considèrent que les banques centrales vont mettre l'argent nécessaire pour compenser les problèmes éventuels à venir...

©2014-2018,

Partenaires de Boursier.com