Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 07/07/2020 à 15h14

Ekinops -0,99% 6,000€

Didier Bredy, PDG d'Ekinops

Didier Bredy PDG d'Ekinops

A ce jour, l'épidémie de coronavirus n'a pas d'impact majeur sur l'activité d'Ekinops
Didier Bredy, PDG d'Ekinops

Boursier.com : Des charges exceptionnelles ayant pesé sur le bénéfice en 2019, on imagine que le levier de progression sur le RN est fort en 2020 ?

D.B. : En effet, nous avons comptabilisé en 2019 des autres produits et charges opérationnels de l'ordre de 2,6 ME, principalement constitués des frais et honoraires relatifs aux opérations de croissance externe, liés à notre acquisition au Brésil de la technologie OTN et aux discussions avortées pour le rachat d'ASN. A ce jour, nous n'avons pas de projet de croissance externe avancé et nous ne devrions donc pas comptabiliser en 2020 un tel niveau d'autres charges opérationnelles. Il convient de souligner qu'en 2019, nous avons eu une parfaite maîtrise de nos charges opérationnelles (-1%), et particulièrement sur nos frais de R&D (-3%) et de marketing (-5%). Nous nous sommes fixés pour 2020 une augmentation maîtrisée de nos charges opérationnelles, comprise entre 2 ME et 4 ME, hors charges d'amortissement et investissement exceptionnel.

Boursier.com : Sur quoi repose l'objectif de croissance organique à deux chiffres en 2020 ?

D.B. : Nous évoluons dans un marché en pleine mutation, porté bien évidemment par l'explosion des données, et donc des besoins en bande passante, mais aussi par de nouveaux relais de croissance sur le plan technologique comme la virtualisation des réseaux, et en particulier le SD-WAN, qui qui constitue une approche logicielle de la gestion des réseaux, qui est un marché d'environ 1 milliard de dollars avec une croissance attendue de +18% en 2020. Et au-delà, l'arrivée de la 5G et l'émergence de l'edge computing, c'est-à-dire la migration de nombreuses fonctions en bordure de réseau, constituent des facteurs additionnels de croissance dans les prochaines années. Sur ces marchés, nos compétences logicielles et dans les couches 1, 2 et 3 des réseaux sont des actifs primordiaux. Nous sommes ainsi confiants et avons réitéré notre objectif de délivrer une progression annuelle de notre activité conforme à notre ambition long terme, à savoir une croissance organique à 2 chiffres, et une marge brute comprise dans notre fourchette normative, entre 50% et 55%, supérieure aux standards de notre industrie.

Boursier.com : Comment se déroule le début 2020 ?

D.B. : L'année démarre avec des annonces majeures qui renforcent notablement notre position sur le marché. Orange Business Services a annoncé avoir choisi notre plateforme logicielle de virtualisation pour son offre uCPE (solution d'équipement universel sur site client) ainsi que Dell qui fournira les " white boxes " ou PC sur lesquels nos logiciels fonctionneront. Ceci, couplé avec le prix MEF pour la virtualisation que nous avons reçu fin 2019, nous positionne comme un nouveau leader dans ce marché et ce n'est que le début ! En effet, nous percevons une demande de plus en plus soutenue en matière de virtualisation, avec l'adoption de nos logiciels par plusieurs opérateurs. Cette position va se renforcer en 2020 avec le lancement de notre technologie SD-WAN. D'autre part, Ekinops a été sélectionné pour faire partie du consortium Open ROADM par l'actuel comité des membres, dont Orange, qui constitue une initiative de premier plan pour poser les bases de l'interopérabilité dans le transport optique. Et puis nous avons annoncé un nouveau client américain, United Fiber & Data, dans le sillage de l'année 2019 marquée par un très fort dynamisme à l'international, qui représente désormais 2/3 de notre activité, et plus particulièrement sur la zone Amérique du nord qui était en croissance de + 56 % en 2019.

Boursier.com : Vous évoquez des tensions sur l'approvisionnement de certains composants produits en Chine en raison de la crise du coronavirus. Quelle part de votre activité est susceptible d'être impactée ?

D.B. : A ce jour, l'épidémie de coronavirus n'a pas d'impact majeur sur l'activité d'Ekinops. Nous ne sommes pas dépendants de la Chine pour la production de nos équipements puisque leur assemblage est intégralement réalisé en Europe, à partir de sites français, belge et hongrois. Néanmoins, comme la quasi-totalité des sociétés évoluant dans l'univers des technologies, nos équipements sont constitués de composants produits en Chine. Si la situation perdure en Chine, nous pourrions faire face à des tensions sur l'approvisionnement de certains composants et cela pourrait alors entraîner de potentiels décalages de livraisons d'équipements. Ce n'est aujourd'hui pas le cas et le groupe travaille également à la mise en place de solutions alternatives d'approvisionnement pour certaines catégories de composants et pièces.

Boursier.com : Faut-il vous attendre de nouveau sur une opération de croissance externe ?

D.B. : Nous n'avons à l'heure actuelle pas de projet de croissance externe avancé. Nous nous concentrons sur le lancement en 2020 d'une solution intégrée (OTN/DWDM) pour les réseaux optiques, qui sera en mesure de nous amener à proposer des solutions de transport qui répondent aux besoins des gros opérateurs. Dans l'Accès, 2020 sera une année extrêmement riche en nouveaux produits à forte valeur ajoutée, notamment nos routeurs 10G, notre offre SD-WAN, nos nouveaux logiciels de virtualisation, qui nous permettent d'attaquer de nouveaux segments de marché qui étaient jusqu'à présent inatteignables.

©2020,