Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 12/08/2020 à 11h26

Ekinops 0,00% 5,780€

  • EKI - FR0011466069
  • SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Didier Bredy, PDG d'Ekinops

Didier Bredy PDG d'Ekinops

Une dynamique vertueuse est en place chez Ekinops
Didier Bredy, PDG d'Ekinops

Boursier.com: A 17,9%, la marge d'EBITDA est-elle à un pic conjoncturel ou êtes-vous en mesure de la faire progresser encore?

D.B. : Une dynamique vertueuse est en place chez Ekinops. Notre mix-produit sera de plus en plus constitué par les logiciels et services, permettant d'imaginer un niveau de marge brute à court terme autour du haut de fourchette de la guidance, qui est de 50 à 55%, et qui pourrait s'améliorer sur le long terme. Par ailleurs, la progression des charges devrait être contenue à un niveau inférieur à la progression du chiffre d'affaires. Pour autant nous demeurons prudents à propos du niveau de la marge d'EBITDA et ne promettons pas 18% tous les semestres ! Nous sommes cependant confiants sur notre capacité à dégager un taux de marge d'EBITDA à 2 chiffres sur le long terme.

Boursier.com : Qu'est-ce qui pèse encore au sein du compte de résultat pour voir le résultat net sur des niveaux encore bas ? (NDLR : il est négatif à -0,3 ME)

D.B. : Plusieurs éléments : la dotation nette aux amortissements et provisions, à 3,55 ME, est à un niveau assez normatif. Ensuite, la règle de l'IFRS16 nous demande de prendre en compte les baux de location et pèse pour près de 1 ME. Nous avons aussi une charge nette de 1 ME liée aux paiements en actions : nous avons en effet attribués des actions gratuites soumises à objectifs et les commissaires aux comptes ont estimé qu'il fallait passer la charge, non cash, lors de ce premier semestre. Cette charge est évidemment ponctuelle. Enfin, nous avons une charge de 2,4 ME engendrée par les frais concernant les activités de croissance externe, en raison des deux acquisitions étudiées ces derniers mois. Sans ces éléments non structurels, le résultat net serait bien supérieur.

Boursier.com : Justement concernant la reprise avortée d'ASN, comment analysez-vous l'échec du rachat. Est-ce une opportunité ratée ?

D.B. : C'était clairement une opportunité intéressante, mais aujourd'hui nous sommes passés à autre chose. Nous nous sommes reconcentrés sur le coeur de métier d'Ekinops. Nous n'avions pas besoin d'ASN pour être une société performante. Cela nous aurait positionnés sur un nouveau marché, celui du transport sur fibre optique sous-marine qui représente entre 1 et 2 MdsE sur les 15 MdsE au total du marché. Mais ce n'était pas une acquisition décisive pour l'existence d'Ekinops désormais rentable et positionnée sur des segments très attractifs comme la virtualisation des réseaux ou la 5G. Nous sommes une société qui doit dégager une croissance à deux chiffres sur le long terme.

Boursier.com : Où en êtes-vous en termes de financement après l'augmentation de capital de 7,5 ME de l'été ? Avez-vous besoin de renforcer les fonds propres ?

D.B. : Non. A fin juin, notre Trésorerie ressortait à 40 ME de laquelle il faudra retrancher 10 ME de l'acquisition au Brésil et un complément de prix de 2,5 ME de l'acquisition de OneAccess. Nous avons peu de dette. La situation de Trésorerie d'Ekinops est très confortable, nous n'avons pas de besoins supplémentaires de financement.

Boursier.com : Concernant l'acquisition de la technologie OTN, quel est l'apport pour Ekinops ?

D.B.: La technologie OTN permet de commuter le trafic de données sur les fibres optiques et contribue de façon significative à l'optimisation de la bande passante sur les réseaux. Nous avons décidé d'acheter cette technologie parce qu'elle nous donne la dernière brique manquante à notre offre en transport optique pour pouvoir adresser le marché de coeur de réseau des grands opérateurs. Nous pensons que cette acquisition va nous permettre de tripler l'activité de transport optique dans les 5 années à venir.

©2019-2020,