Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 04/08/2020 à 09h38

Innelec Multimedia +1,83% 5,020€

Denis Thebaud, PDG d'Innelec

Denis Thebaud PDG d'Innelec

Nous sommes à un tournant de l'histoire d'Innelec
Denis Thebaud, PDG d'Innelec

Boursier.com : Innelec a lancé un nouveau plan stratégique l'an passé, mais décide de ne communiquer dessus que maintenant... Pourquoi ?

D.T. : Nous sommes à un tournant de l'histoire d'Innelec qui, pour rappel, a été créé il y a plus de 35 ans et introduit en Bourse en 1998. Après la restructuration réussie de 2016-2017, nous nous sommes effectivement engagés dans un nouveau plan stratégique. Le jeu vidéo se transformant, Innelec a fait le choix de se développer en tant qu'animateur de licence, de la conception à la distribution. Nous faisons aujourd'hui le choix d'en parler, avec un exercice derrière nous, prouvant le bien-fondé de ces choix. Les résultats sont en effet déjà là, avec un exercice passé en forte croissance du fait même d'un positionnement sur des licences fortes : le gaming est ressorti en croissance de 40% l'an passé et les produits dérivés de 60%. Le pôle historique de jeux vidéo et consoles a progressé de 5%.

Boursier.com : Qu'est-ce qui singularise Innelec aujourd'hui sur ces marchés ?

D.T. : Innelec est le seul acteur proposant une offre globale intégrée en rayon : jeux vidéo, console, produits dérivés, accessoires et capable d'animer un rayon, que nous organisons pour le distributeur. Pour ce qui est des licences, Innelec maîtrise toute la chaine de valeur de la conception au merchandising. Nous avons récemment signé des licences comme les All Blacks ou la Fédération Française de Football. Trois maitres-mot continueront toutefois à nous guider : l'indépendance, le plaisir et la rentabilité... Ce dernier point est plutôt bien réussi avec seulement 2 ou 3 exercices non rentables depuis la création d'Innelec...

Boursier.com : Justement, le taux de marge nette apparait faible. Quels niveaux visez-vous ?

D.T. : Nous ne communiquons pas sur des objectifs chiffrés mais nous attendons à la fois une progression du chiffre d'affaires et des résultats. L'activité " Licences " plus contributive en terme de marge, qui représente seulement 5% de l'activité aujourd'hui, devrait monter autour de 15 à 20% en 2021-2022.

Boursier.com : Vous détenez toujours plus de 60% du capital. Peut-on imaginer des cessions de titres ?

D.T. : Je n'ai aucun besoin personnel qui nécessiterait un désengagement de ma part. En outre, la capitalisation d'Innelec, autour de 15 ME, apparaît comme dérisoire. Notamment au regard des capitaux propres de 20 ME, dont 3,5 ME de participation dans Focus Home Interactive et nous n'avons quasiment plus de dette.

Boursier.com : Le jeu vidéo physique décline, n'est-ce pas contreproductif de vous développer dans la vente physique ?

D.T. : Le Marché français du jeu vidéo poursuit sa progression annuelle sur un rythme à 2 chiffres : +15% en 2018. Il est pourtant effectivement en pleine mutation, avec une décrue des ventes physiques. Ceci impacte l'offre et la distribution. De nombreux éditeurs renoncent à investir dans des forces commerciales, ce qui crée des opportunités pour Innelec dans les jeux vidéo, les accessoires gaming, les produits à licences, des produits non dématérialisables. Nous devenons l'acteur incontournable de la conception et de l'animation du rayon...

©2019-2020,