Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 14/08/2020 à 14h11

Adux (ex-Hi-Media) 0,00% 1,415€

  • ADUX - FR0012821890
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Cyril Zimmermann, PDG d'Hi Media

Cyril Zimmermann PDG d'Hi Media

Mr Jayet tente de manipuler les faits avec beaucoup de mauvaise foi !
Cyril Zimmermann, PDG d'Hi Media

Boursier.com : Benjamin Jayet critique la destruction de valeur provoquée par la forte baisse l'action HiMedia en Bourse, que lui répondez-vous ?

C.Z. : Tout d'abord pour ce qui est de la création de valeur, je ne vois pas trop ce que peut apporter la démarche de M. Jayet... Je lui ai proposé d'échanger sur HiMedia il y a plusieurs mois, mais je n'ai eu aucune réponse. Depuis quelques jours je n'ai entendu dans ses propos aucun projet pour HiMedia. Je n'ai pu constater que des attaques violentes, des procédures juridiques abusives, du dénigrement et de la diffusion d'informations fausses ou trompeuses. Les seules discussions que j'ai pu avoir avec lui par le passé ont toujours concerné l'activité de paiement et la société HiPay.

Boursier.com : Le niveau de cours de HiMedia ne doit pourtant pas vous satisfaire...

C.Z. : Au-delà de la polémique que M. Jayet a tenté de déclencher, étant un des principaux actionnaires de HiMedia, je n'ai aucune raison d'être satisfait de la valorisation actuelle de la société... Mais il y a des explications à cette phase basse. De 2004 à 2014, la société a généré plus de 120 ME d'EBITDA. Aujourd'hui son activité historique de régie est essoufflée... Nous avons dû tirer les conséquences de son déclin en procédant pendant l'été 2015 à des dépréciations d'actifs anciens et à des provisions pour restructurations.
C'était nécessaire pour que HiMedia prenne un nouveau départ autour des activités de "native advertising" et de publicité locale en s'appuyant sur les implantations géographiques et commerciales acquises par la société au cours du temps.

Boursier.com : Recueillez-vous déjà les fruits de cette stratégie ?

C.Z. : Les chiffres du 3eme et du 4eme trimestre 2015 ont déjà montré que le retournement était en train de s'opérer. Les chiffres du début de l'année le confirment !... Cela nous permettra de revenir à un EBITDA positif en 2016, comme annoncé. Ce n'est pas la première fois que HiMedia connait des creux boursiers avant de repartir... Depuis quelques années HiMedia a cherché à se réinventer, elle a maintenant trouvé sa voie et c'est l'exécution de cette stratégie qui créera de la valeur.

Boursier.com : Autre sujet de discorde, votre rémunération. Vous auriez notamment bénéficié d'une rémunération indirecte de 510.000 Euros à titre de conseil dans le cadre du "split" entre HiMedia et Hipay, est-ce exact ?

C.Z. : Ma rémunération de PDG de HiMedia est depuis juillet 2015 de 195.000 Euros de salaire fixe annuel et de 60.000 Euros de variable en fonction de l'atteinte d'objectifs financiers... J'ai proposé fin 2015 au conseil d'administration de recevoir chaque mois des actions HiMedia (prises sur l'autocontrôle et valorisée au cours du mois) en lieu et place d'une partie de mon salaire, ceci à hauteur de presque 100.000 Euros annuels. En 2015, le conseil d'administration de HiMedia a approuvé une rémunération exceptionnelle liée au succès du projet de cotation de HiPay. C'est une somme importante, j'en suis conscient, qui venait en contrepartie d'une réalisation qui était très complexe au plan humain, réglementaire, financier et stratégique... C'était tout sauf une opération courante ou anodine pour HiMedia qui a valorisé ses actifs de paiement 70 ME. Cet élément de rémunération a été porté à la connaissance des actionnaires dans le prospectus d'introduction de HiPay en juin 2015.

Boursier.com : Selon M. Jayet, vous avez acheté une participation détenue par HiMedia dans le site Démotivateur à un prix inférieur à sa valeur réelle...

C.Z. : C'est inexact et M. Jayet tente de manipuler les faits avec beaucoup de mauvaise foi... La réalité est que j'ai proposé au conseil d'administration de désengager la société d'un investissement qui avait été réalisé à contre-temps, alors que HiMedia avait entamé la revente de toutes ses participations dans le "publishing" (jeuxvideo.com, La Tribune, Toutlecine...). J'ai proposé de racheter la participation dans Démotivateur sur la même valorisation (plus de 3 fois le chiffre d'affaires de l'année) que celle qui avait été retenue 4 mois avant pour HiMedia. C'est une convention réglementée qui a été approuvée par les actionnaires, dont M. Jayet lui-même, en Assemblée Générale il y a un an. En voulant à tout prix déformer les faits pour nourrir son entreprise de dénigrement, il ne craint pas de se contredire...

Boursier.com : Benjamin jayet estime que votre départ pour les Etats-Unis prive HiMedia d'un patron opérationnel, qu'en est-il exactement ?

C.Z. : Quand je regarde le profil Linkedin de M. Jayet, qui est pourtant le dirigeant de la société de micropaiement française GibMedia, je vois "Benjamin Jayet, basé à San Francisco Bay Area". Je me réjouis qu'il ait ouvert les yeux sur l'existence de la Silicon Valley et qu'il partage mon analyse sur l'intérêt d'être basé à San Francisco !
Plus sérieusement, je reste évidemment très impliqué dans les activités opérationnelles et européennes de HiMedia et suis régulièrement à Paris. Ecrire dans un communiqué de presse que je manque de présence et d'engagement est une ineptie. Je travaille plus que jamais pour le développement de HiMedia en suivant 2 fuseaux horaires, tout comme le font d'autres entrepreneurs français à cheval sur les 2 territoires (1000 Mercis, Adthink Media ...). Et je ne suis pas le seul manager dans une société de plus de 200 personnes dans 8 pays !
Au bout de 4 mois, mon action aux Etats-Unis a participé au repositionnement et au succès de notre filiale basée à Miami qui a doublé son activité au premier trimestre 2016. J'ai conclu également des contrats avec des entreprises américaines comme Microsoft ou Netflix qui bénéficient à nos activités européennes, et ces contrats représentent déjà environ 1 ME de marge brute annuelle additionnelle. En parallèle en Europe la marge progresse très vite et les coûts ont été réduits pour renouer avec un EBITDA positif cette année...

Boursier.com : Pouvez-vous compter sur l'appui de certains grands actionnaires d'HiMedia ?

C.Z. : Bien sûr ! United Internet, une société allemande cotée à la bourse de Francfort avec une valorisation de plus de 3 Milliards d'euros, détient 10,7% du capital et soutient comme beaucoup d'autres la vision et le redressement en cours... Je pense que la bataille de communication lancée par M. Jayet occupe une place trop importante dans l'actualité de HiMedia et je préférerais que nous nous concentrions sur les projets et le développement de la société...

©2016-2020,