Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 23/10/2019 à 13h39

Gaussin -2,26% 0,173€

  • ALGAU - FR0010342329
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Christophe Gaussin, PDG de Gaussin

Christophe Gaussin PDG de Gaussin

La stratégie des licences est idéale pour Gaussin !
Christophe Gaussin, PDG de Gaussin

Boursier.com : Le retour de la rentabilité annoncé au premier semestre est-il pérenne ?

C.G. : La croissance rentable observée au cours du 1er semestre 2019 vient avant tout confirmer la pertinence de notre choix stratégique d'adopter le business model de licences. En effet, ce modèle nous permet de diffuser notre savoir-faire et notre technologie de véhicules autonomes de manière plus efficace. L'activité " licences " a contribué à hauteur de 80% à nos revenus du 1er semestre 2019, en forte hausse, ce qui a nettement amélioré notre rentabilité, portée également par l'amélioration des marges sur la gamme logistique et la réduction des charges liée à la fin de grands programmes de développement, tels que le projet VASCO pour 15 ME qui s'arrête en octobre. Si cette tendance positive de l'activité de licences se confirme au cours de la seconde partie de l'année et au-delà, nous estimons être bien positionnés pour une trajectoire de croissance rentable et durable. D'autant plus que le modèle de licence s'appuie aussi sur des revenus futurs récurrents sous forme de redevances sur les ventes qui seront réalisées par nos partenaires. Nous sommes par ailleurs en discussions avancées pour la concession de 15 nouvelles licences.

Boursier.com : Quel est l'état du carnet de commandes ?

C.G. : Au 30 juin 2019, nous disposions d'un carnet de commandes consolidé de 18,1 ME. Son niveau a plus que triplé par rapport à l'information communiqué à fin avril 2019. De plus, ni le solde des licences accordées, c'est-à-dire les payements d'étapes que nous devrions recevoir au fur et à mesure de l'avancement des projets en cours avec nos partenaires, ni les royalties futures n'y sont incluses! C'est un carnet de commandes diversifié auprès de clients de la distribution tels que Decathlon, Auchan, Leroy Merlin, UPS, Eurodisney, Carrefour, Ferrerp, Royal Canin, etc...

Boursier.com : Votre modèle passe-t-il désormais par des licences ?

C.G. : La stratégie des licences nous semble idéale afin d'ancrer notre positionnement d'acteur global de technologies de mobilité autonome. Elle nous permet de diffuser notre technologie de manière plus large et plus rapide via des partenariats de qualité, tout en allégeant nos coûts de production qui alourdissaient précédemment notre besoin en fonds de roulement. De plus, outre le paiement initial à la signature, ce modèle permet de sécuriser des flux de revenus futurs sous forme de paiements d'étapes et de royalties. La collaboration avec ST Engineering LS pour fabriquer et commercialiser les véhicules AGV FULL ELEC PERFORMANCE pour l'opérateur du port de Singapour est en ce sens emblématique : démarrée en octobre 2018, elle a pu se concrétiser par une commande ferme de 86 véhicules en mars 2019, et nous serons en lice pour un appel d'offre que PSA devrait lancer, à terme, pour environ 3 000 véhicules.

Boursier.com : Pourquoi les commissaires aux comptes ont-ils refusé de certifier vos comptes 2018 ?

C.G. : Il ne s'agit pas d'un refus de certifier nos comptes, mais de l'impossibilité, ce qui n'a pas les mêmes conséquences. Il y a refus de certifier lorsque le commissaire aux comptes a détecté au cours de son audit des anomalies significatives qui n'ont pas été corrigées. Ce n'est pas notre cas. Il n'y a plus d'observations sur les risques liés à la continuité d'exploitation. Dans le cas de nos comptes semestriels, il s'agit de l'impossibilité d'exprimer une opinion en raison d'incertitudes, dont les incidences sur les comptes ne peuvent être clairement circonscrites. Elles portent sur la juste valeur de l'actif immobilisé du groupe, essentiellement composé de brevets et de prototypes, que le commissaire aux comptes n'a pu estimer sur la base des hypothèses de notre business plan, compte tenu de l'historique des pertes du groupe. Le rapport des commissaires aux comptes est maintenant finalisé et disponible sur notre web, la rédaction de leur opinion restant la même.

Boursier.com : Disposez-vous aujourd'hui des fonds propres nécessaires pour faire face à vos développements ?

C.G. : Nos fonds propres se sont accrus de 10 ME au cours du semestre pour atteindre 23 ME, principalement grâce à l'incorporation du résultat net bénéficiaire de 6,8 ME. Notre trésorerie s'est également appréciée de 3 ME et s'élève à 7,2 ME, essentiellement grâce aux flux financiers positifs générés par l'activité de licences. Compte tenu de la restructuration de notre dette, notre niveau d'endettement financier reste stable à environ 10,6 ME au 30 juin 2019, composé majoritairement d'avances remboursables de Bpifrance. Notre structure financière est ainsi stabilisée et en phase avec nos développements. La société fera appel en priorité a des emprunts classiques au cas où des opportunités nouvelles seraient à financer.

Boursier.com : Où en est votre projet de prendre le contrôle de Metalliance ? Quelle est la finalité d'un tel rapprochement ?

C.G. : Notre rapprochement a été initié il y a maintenant plus de 10 ans, quand nous avons acquis 43% de leur capital, puisque nos activités et produits sont complémentaires et visent les segments de marché internationaux à fort potentiel. Aujourd'hui, compte tenu de la relation historique fructueuse et de la parfaite connaissance de nos besoins, nous souhaitons acquérir plus de 95% du capital pour mettre en commun nos expertises et disposer d'importantes synergies que nous offriraient nos activités respectives, à commencer par un chiffre d'affaires de la nouvelle entité estimé à 50 ME en 2020. Sous réserve des conditions usuelles à remplir dans ce type de projets, nous souhaitons finaliser l'acquisition avant la fin de cette année.

©2019,

Partenaires de Boursier.com