»
»
»
»
Consultation
Cotation du 22/03/2019 à 10h12

UV Germi 0,00% 3,960€

  • ALUVI - FR0011898584
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
André Bordas, PDG d'UV Germi

André Bordas PDG d'UV Germi

UV Germi se positionne de façon pérenne dans un schéma de croissance rentable
André Bordas, PDG d'UV Germi

Boursier.com : UV Germi a fait son apparition en Bourse de Paris il y a plus d'un an. Vous oeuvrez dans le traitement des eaux, de l'air et des surfaces par UV, en concevant des appareils ultraviolets, pour détruire sans produits chimiques, les bactéries, virus, perturbateurs endocriniens et produits chimiques nocifs. Quelle est la répartition du chiffre d'affaires entre les différents segments?

A.B. : Initialement, nous étions présents dans le domaine de l'eau et sommes de ce fait leaders dans le traitement des piscines. Nous concentrons désormais nos efforts dans le domaine de l'air, notamment dans la R&D avec une équipe hautement qualifiée oeuvrant dans notre laboratoire de R&D. Aujourd'hui, la répartition de l'activité est d'environ 85% dans l'eau et 15% dans l'air. Nous allons rééquilibrer cette répartition dans le futur, grâce à la montée en puissance du marché de la dépollution de l'Air.

Boursier.com : Avez-vous des exemples de marché en la matière ?

A.B. : Notre technologie s'installe dans les conduits de circulation d'air et de climatisation. Nous visons de nombreux marchés : industriels, professionnels, hôpitaux, laboratoires, EHPAD... En outre, notre technologie a été sélectionnée dans un projet européen de R&D collaboratif pour des études visant à améliorer la qualité de l'air dans les avions. Cela pourrait déboucher sur des marchés considérables pour équiper des flottes entières...

Boursier.com : Un de vos concurrents, Bio-UV Group, a fait son apparition en Bourse de Paris en juillet dernier, visant avant tout le marché des eaux de ballast. Est-ce un marché que vous lorgnez ?

A.B. : Nous n'irons pas sur ce marché-là, qui réclame beaucoup d'agréments. Au final, nous sommes concurrents, avec Bio-UV Group, uniquement sur le segment de la piscine où nous sommes leaders, avec plus de 1200 bassins déjà équipés... D'ailleurs, si nous accélérons dans le domaine de l'air, ce n'est pas au détriment de ce segment qui offre de nouveaux marchés potentiels : Spa, thalasso, centres aquatiques...

Boursier.com : L'exercice 2017 a accouché d'un chiffre d'affaires de 4,75 ME, pour une perte de -187 KE. A quel niveau situez-vous le point mort et quelle perspectives donnez-vous au Marché ?

A.B. : Nous visons 10 ME de chiffre d'affaires d'ici 3 ans. A ce stade nous serons rentables puisque le point mort se situe pour un niveau de chiffre d'affaires de 6,5 ME.

Boursier.com : Quelle utilisation avez-vous fait de la somme levée l'an passé ?

A.B. : Les 6 ME que nous avons levés ont donné un coup d'accélérateur à l'entreprise et nous ont permis de réaliser la refonte du laboratoire, ainsi que l'embauche d'un nouveau directeur Recherche & Développement. Nous avons aussi pu accélérer dans l'air, renforcer notre force commerciale et lancer notre filiale à Dubaï. Cette ouverture nous a d'ailleurs permis de franchir une étape majeure en consolidant notre présence à l'international afin d'adresser les marchés porteurs que représentent la réutilisation de l'eau et la dépollution. Aujourd'hui, la société est résolument en train de se positionner de façon pérenne dans un schéma de croissance rentable.

©2018-2019,

Partenaires de Boursier.com