Cotation du 19/10/2021 à 17h35

AB Science +0,76% 13,230€

Alain Moussy, PDG fondateur d'AB Science

Alain Moussy PDG fondateur d'AB Science

Les traitements antiviraux vont devenir une nécessité contre la Covid-19
Alain Moussy, PDG fondateur d'AB Science

Boursier.com : L'épisode de l'interruption des études du masitinib est-il définitivement clos ? Etes-vous totalement protégés d'une nouvelle déconvenue en la matière?

A.M. : En juillet dernier, l'ANSM a validé le plan de gestion des risques proposé par AB Science afin de renforcer la sécurité des patients dans tous nos essais cliniques. Nous sommes en contact régulier avec les autorités nationales compétentes pour la reprise de ces études dans tous les pays concernés. Nous avons déjà reçu plusieurs autorisations de reprise d'inclusion des patients et sommes concentrés sur le bon déroulement des études.

Boursier.com : Quels sont les prochains rendez-vous de votre news-flow : fin d'année 2021 et début 2022 ?

A.M. : En fonction de la vitesse de recrutement des patients, nous devrions recevoir les résultats de nos deux études de phase 2 dans la Covid-19 mi-2022.

Boursier.com : Dans la Covid-19, pourquoi lancer une 2ème étude de phase 2 ?

A.M. : Le 20 juillet 2021, une publication dans la revue scientifique de référence Science détaillait la découverte faite par une équipe de l'Université de Chicago, menée par le Professeur Savas Tay et le Docteur Nir Drayman, que le masitinib présentait une forte activité antivirale et était capable de bloquer la réplication du SARS-CoV-2, le virus responsable de la Covid 19. En effet, masitinib cible et inhibe la protéase principale du virus, nécessaire au cycle de réplication viral. Par ailleurs, il a également été démontré au cours de ces recherches que masitinib agissait directement sur les niveaux de cytokines pro-inflammatoires chez les patients. En complément de son action antivirale direct, masitinib dispose donc d'une activité anti-inflammatoire puissante pouvant être utile au traitement du syndrome de détresse respiratoire aigüe et de la tempête de cytokines provoqués à la Covid-19. Cette deuxième étude dans la Covid-19 aura pour objectif de confirmer ces découvertes et de démontrer que masitinib peut réduire la charge virale du SARS-CoV-2 plus rapidement que les meilleurs traitements utilisés à l'heure actuelle. Avec cette nouvelle étude, notre objectif est d'évaluer l'effet du traitement chez des patients en début de maladie, afin de prévenir au mieux l'apparition des symptômes les plus graves de la Covid-19. Cette étude s'ajoute à celle que nous menons actuellement en combinaison avec l'isoquercetine chez des patients atteints cette fois des formes modérées et sévères de la Covid 19. Nous sommes convaincus que les traitements antiviraux vont devenir une nécessité pour la prise en charge des patients qui, même vaccinés, peuvent contracter une forme variante du virus. A ce jour deux approches pour le traitement antiviral du SARS-CoV-2 sont évaluées cliniquement : celles qui, comme le masitinib, ciblent la protéase principale du virus et agissent sur le mécanisme de réplication de ce dernier ; et celles qui ciblent la polymérase du virus. Afin d'optimiser l'impact de ces traitements, nous pensons qu'il sera crucial de développer des combinaisons thérapeutiques alliant ces deux mécanismes. Ce type d'approche thérapeutique a d'ailleurs déjà été appliqué avec succès par le passé pour d'autres pathologies comme le Virus de l'Immunodéficience Humaine.

Boursier.com : Où en êtes-vous de vos réflexions quant à une cotation sur le Nasdaq ?

A.M. : Comme toute société de biotechnologies, c'est une option que nous considérons. Nous communiquerons à ce sujet avec le marché en temps voulu et si nécessaire.

Boursier.com : Une levée de fonds ou placement privé sont-ils en vue ?

A.M. : Le total de la trésorerie et des actifs financiers courants s'élève à 17.6 MEUR au 30 juin 2021. Ce montant ne tient pas compte des 3,3 millions d'euros de Crédit Impôt Recherche 2020 à recevoir de l'administration fiscale. Par ailleurs, le montant des engagements hors bilan reçus au 30 juin 2021 s'élève à 90 millions d'euros. Ces engagements comprennent un accord de prêt d'un montant global de 15 millions d'euros signé avec la BEI en novembre 2020, une option ferme de financement de la part d'actionnaires historiques pour un montant de 25 millions d'euros sur les 12 prochains mois, à l'initiative d'AB Science, et un engagement de 50 millions d'euros supplémentaires, à raison de 25 millions d'euros par an à compter de la première date anniversaire, 1er juillet 2022, sous réserve d'une clause d'absence d'événement significativement défavorable. Nous ferons appel prioritairement au prêt de le BEI.

©2021

Actualités AB Science

Plus d'actualités