Cotation du 26/07/2021 à 17h35

Cabasse Group (ex-AwoX) +6,57% 6,650€

  • ALCG - FR0013530102
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Alain Molinié, PDG de Cabasse Group (ex Awox)

Alain Molinié PDG de Cabasse Group (ex Awox)

Concentrer nos équipes et nos efforts sur les segments les plus profitables
Alain Molinié, PDG de Cabasse Group (ex Awox)

Boursier.com : Vous avez enchaîné deux très bon trimestres pour terminer 2020. C'est Cabasse qui tire le groupe vers le haut...

A.M. : Effectivement, le second semestre 2020 du groupe a été particulièrement bon avec une progression du chiffre d'affaires de +14% à périmètre comparable. Cela s'est traduit par un peu plus de 2 ME de chiffre d'affaires supplémentaires par rapport aux 15 ME de l'année précédente, à périmètre comparable. Nous avons pu effacer la quasi-totalité du manque à gagner du premier semestre, liée au confinement. Cela démontre la pérennité du modèle que nous avons construit. Cabasse a réalisé 41% de croissance sur les six derniers mois de 2020. Il s'agit du troisième semestre consécutif d'hyper croissance pour cette division, retraité de l'impact du confinement. L'histoire est belle depuis le rachat en 2014 de cette marque historique, alors qu'elle était en perte de vitesse sur le plan des produits et fortement déficitaire sur le plan financier. Les investissements ont porté leurs fruits depuis le lancement du premier produit disruptif d'audio de luxe "The Pearl" avec beaucoup de valeur ajoutée fin 2018. Désormais nous mettons sur le marché un nouveau produit majeur par an, et même deux en 2021, ce qui nous permet de générer une forte croissance. Aujourd'hui, Cabasse est une véritable pépite de l'univers audio de luxe.

Boursier.com : Chacon n'affiche pas une telle dynamique à +3% au second semestre et -9% sur l'année...

A.M. : 3% de croissance, ce n'est effectivement pas notre modèle. Avant toute chose, cette division a été la plus pénalisée par la crise sanitaire et les fermetures des points de vente physiques. Si l'on analyse dans le détail, on constate que la croissance s'établit à +25% sur le segment Confort-Domotique et à +21% sur la Sécurité au second semestre. En revanche, l'Electricité est à -19%. Cela s'explique par la réorientation vers les nouveaux produits technologiques innovants pour la Smart Home, et l'arrêt de certains produits peu stratégiques et moins margés opéré après le rachat. Ce qui est intéressant de constater c'est que ce sont les produits connectés à forte valeur ajoutée qui tirent le marché, comme pour Cabasse, et cela commence aussi à se traduire dans les chiffres pour cette division, depuis le second semestre.

Boursier.com : La cession du pôle 'lighting' au printemps dernier n'est-elle pas une forme d'échec dans la mesure où il s'agissait de votre coeur de métier, sur lequel vous étiez arrivés en Bourse ?

A.M. : Cette cession nous permet de concentrer nos équipes et nos efforts sur les segments les plus profitables de la Smart Home : domotique, sécurité et audio. Le lighting constituait en effet l'essentiel de la perte d'EBITDA en 2019, avec plus de 700 KE. La cession a été conclue sur une base de 1,2 fois le chiffre d'affaires, pour une activité accusant des pertes importantes, et alors qu'aujourd'hui le groupe ne capitalise que 0,4 fois son chiffre d'affaires... Concernant l'aspect stratégique, il faut comprendre que le lighting constituait notre premier produit sous notre propre marque pour laquelle nous avions intégré notre savoir-faire originel, c'est à dire notre technologie logicielle de connectivité. Nous avons vendu des millions d'ampoules et avons atteint la place de numéro 2 européen. Mais nous n'avions pas suffisamment anticipé que l'ampoule était le produit d'entrée de gamme du luminaire, donc avec peu de valeur ajoutée. Le pragmatisme l'a emporté et nous a conduit à sortir de ce marché volumique mais à faible marge. Mais cela ne constitue pas un échec : nous avons démontré que notre plateforme logicielle s'adaptait sur des millions d'objets connectés grands publics et nous l'avons décliné sur la domotique et la sécurité.

Boursier.com : En cas de normalisation de la situation sanitaire et économique ne craignez-vous pas que vos marchés souffrent au détriment de ceux délaissés aujourd'hui, tourisme, loisirs etc...?

A.M. : Le marché de la Maison se porte bien, et le segment de la Maison intelligente très bien. Désormais, les foyers s'intéressent à leur confort et c'est une tendance de fond, portée par une présence accrue des individus à leur domicile et la généralisation de nouveaux modes de travail, et pas seulement liée à des transferts de consommation dus à la crise sanitaire. Le marché de la Maison connectée n'en est qu'à ses débuts.

Boursier.com : A quoi s'attendre pour la prochaine publication des résultats ?

A.M. : La cession du pôle 'Lighting', la croissance des autres segments et la montée en puissance des synergies industrielles et commerciales nous rendent confiants par rapport à notre capacité à dégager un EBITDA largement positif en 2020, associé à une solide génération de cash-flow. Nous avons d'ores et déjà annoncé que nous visions une nouvelle amélioration de la marge d'EBITDA en 2021.

Boursier.com : L'objectif d'EBITDA à 10% pour 2022 pourrait-il être révisé à la hausse étant donné la cession du foyer de perte qu'était le 'lighting' ?

A.M. : Nous préférons demeurer prudents en maintenant cet objectif, mais nous sommes à l'aise avec ce dernier.

©2021