Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 25/09/2020 à 10h00

Capgemini -0,90% 110,500€

  • CAP - FR0000125338
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Aiman Ezzat, Directeur Financier de Capgemini

Aiman Ezzat Directeur Financier de Capgemini

Plutôt des partenariats qu'un rapprochement avec Publicis...
Aiman Ezzat, Directeur Financier de Capgemini

Boursier.com : Quel est le fait marquant du dernier trimestre chez Capgemini ?

A.E. : On retient une accélération de la croissance du groupe, notamment en Amérique du Nord où la progression de l'activité est de +6,9% à taux de change constants... Cette situation traduit le fait que nos investissements portent désormais leurs fruits. Nous avons effectué un travail pour redynamiser l'activité et faire évoluer les compétences. Le digital et le cloud porte la croissance alors que l'infogérance est plus tendue. En Europe Continentale, Capgemini affiche une belle croissance dans des pays comme la France, l'Allemagne ou l'Italie. L'enjeu porte ici sur la difficulté à recruter les bons profils... Dans ce climat, Capgemini bénéficie de sa capacité à embaucher et à former un grand nombre de jeunes diplômés.

Boursier.com : Quelle est la situation dans le reste du Monde ?

A.E. : Au Royaume-Uni, l'activité affiche une décroissance de l'ordre de 10% sur le troisième trimestre. L'impact de la perte d'un gros contrat avec le secteur public était largement anticipé mais les effets négatifs liés au Brexit commencent à peser. En Asie-Pacifique, la croissance est proche de 10%. En revanche, la situation en Amérique Latine demeure difficile en raison d'un marché compliqué au Brésil.

Boursier.com : Comment se répartissent vos ventes au niveau mondial ?

A.E. : La France et l'Europe assurent 48% des ventes consolidées de Capgemini... Le poids du Royaume Uni est de 13% tandis que celui de l'Amérique du Nord est de 31%. Enfin, l'Asie-Pacifique et l'Amérique Latine représentent 8% des ventes du groupe. Par métier, le digital et le cloud assurent désormais 36% des ventes de Capgemini.

Boursier.com : Quelle est votre politique en matière d'acquisitions ?

A.E. : Nous cherchons à effectuer des acquisitions qui permettent de renforcer nos compétences humaines. Nous regardons les opportunités qui peuvent se présenter en France et surtout aux Etats-Unis. L'ambition consiste principalement à reprendre des entités qui comptent de 100 à 300 collaborateurs.

Boursier.com : Pouvez-vous indiquer vos prévisions annuelles ?

A.E. : Au titre de l'année 2017, Capgemini vise une croissance du chiffre d'affaires à taux de change constants de 3%. La marge opérationnelle devrait se situer entre 11,7% et 11,9%. Enfin, le free cash-flow organique est attendu supérieur à 950 Millions d'Euros.

Boursier.com : Que répondez-vous aux rumeurs qui parlent d'un mariage entre Capgemini et Publicis ?

A.E. : Nous sommes davantage concentrés sur des petites opérations de croissance externe... Avec un acteur comme Publicis, nous souhaitons davantage mettre en place des partenariats que de se lancer dans une opération de rapprochement de grande envergure...

©2017-2020,