»
»
»
»
Consultation
Cotation du 17/08/2018 à 17h35 Bollore +0,40% 4,066€
  • BOL - FR0000039299
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Vincent Bolloré mis en examen, soupçons sur ses activités en Afrique

Vincent Bolloré mis en examen, soupçons sur ses activités en Afrique

L'industriel Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi soir au terme de sa garde à vue dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de corruption concernant l'attribution au groupe Bolloré de concessions portuaires en Afrique.

Vincent Bolloré mis en examen, soupçons sur ses activités en Afrique
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après près de deux jours de garde à vue dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre (Hauts-de-Seine), Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi soir, a fait savoir le groupe Bolloré dans un communiqué.

L'industriel breton, PDG du groupe Bolloré (et par ailleurs premier actionnaire Vivendi), est mis en cause dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de corruption visant l'obtention de concessions en concessions portuaires à Lomé (Togo) et à Conakry (Guinée).

Le groupe n'a pas précisé la nature des chefs de mise en examen de M. Bolloré qui n'a pas été soumis à un contrôle judiciaire. "M. Vincent Bolloré, qui reste présumé innocent, pourra avoir enfin accès à ce dossier dont il n'a jamais eu connaissance et répondre à ces accusations infondées", a précisé le communiqué.

Selon des sources judiciaires, M. Bolloré a été mis en examen pour les chefs de corruption d'argent public étranger, complicité d'abus de confiance et faux et usage de faux.

Conditions d'attribution des concessions des ports de Lomé et Conakry

A la Bourse de Paris, l'action Bolloré a abandonné plus de 8% en deux séances et sera donc très surveillée jeudi à l'ouverture, suite à l'annonce de la mise en examen de son PDG.

Mardi, la société avait défendu son patron dans un premier communiqué, affirmant que "les concessions obtenues au Togo l'ont été en 2001, bien avant l'entrée du groupe dans Havas et en Guinée, en 2011, à la suite de la défaillance du numéro 1 (le Groupe étant arrivé en seconde position à cet appel d'offres), défaillance constatée avant l'élection du Président" (guinéen).

Le groupe entend "coopérer pleinement avec la justice"

"Le lien qui tente d'être fait par certains entre l'obtention de ces concessions et les opérations de communication est dénué de tout fondement économique et révèle une méconnaissance lourde de ce secteur industriel. Les dirigeants du Groupe Bolloré sont heureux de coopérer pleinement avec la justice pour rétablir la réalité des faits", avait fait savoir l'entreprise.

Les enquêteurs cherchent à savoir si le groupe Bolloré a utilisé Havas, son bras publicitaire (désormais absorbée par Vivendi) afin d'obtenir en 2010 la gestion des ports de Conakry, en Guinée, et de Lomé, au Togo. Havas pourrait avoir assuré des missions de conseil, sous-facturées, afin de faciliter l'arrivée au pouvoir de certains dirigeants africains.

Deux autres responsables de Bolloré mis en examen

Par ailleurs, Gilles Alix, directeur général du groupe Bolloré, a lui aussi été mis en examen pour les mêmes chefs, également sans contrôle judiciaire.

Jean-Philippe Dorent, responsable du pôle international de Havas Paris, a pour sa part été mis en examen pour abus de confiance et faux et usage de faux mais placé sous statut de témoin assisté pour corruption d'agent public étranger.

Un quatrième homme, Francis Pérez, dirigeant de la société Pefaco basée en Espagne, a quant à lui vu sa garde à vue levée mercredi en début d'après-midi sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui, a déclaré son avocat.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com