Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 12/04/2021 à 23h20 AstraZeneca -1,04% 49,420$
  • AZN - US0463531089
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Vaccin AstraZeneca : pas de suspension en France dit Olivier Véran

Vaccin AstraZeneca : pas de suspension en France dit Olivier Véran

La France continuera de vacciner avec AstraZeneca, malgré la suspension de ce vaccin anti-Covid par plusieurs pays, dont le Danemark et l'Autriche, après des cas d'embolie pulmonaire. Aucun lien avec la vaccination n'est établi à ce stade.

Vaccin AstraZeneca : pas de suspension en France dit Olivier Véran
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après la suspension du vaccin AstraZeneca par plusieurs pays européens en raison de cas d'embolie pulmonaire survenus chez des personnes vaccinées, le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué jeudi soir que la France n'entendait pas à ce stade suspendre l'administration de ce vaccin recommandé notamment en France pour les personnels de santé...

"Il n'y a pas lieu, à l'heure actuelle, de suspendre en France l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, a indiqué le ministre, qui a lui-même reçu une première dose de ce vaccin le 8 février dernier. "J'ai saisi l'Agence nationale de sécurité du médicament. D'après [elle], il n'y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca", a-t-il expliqué au cours d'une conférence de presse sur la situation sanitaire.

Olivier Véran a souligné que sur 5 millions d'Européens ayant reçu ce vaccin, "30 personnes ont présenté des troubles de la coagulation" et que "le bénéfice du vaccin reste supérieur au risque".

Danemark, Norvège, Autriche, Islande et Pays baltes suspendent les injections

Jeudi, le directeur de l'Autorité de santé danoise avait annoncé que le pays avait suspendu ce vaccin en raison de craintes liées à des troubles de la coagulation signalés parmi des personnes vaccinées. "Nous n'avons pas renoncé à l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca, mais nous la suspendons", a-t-il dit... La suspension a été décidée pour 14 jours, le temps de réaliser une enquête sur les cas de caillots sanguins apparus chez plusieurs patients vaccinés, dont un est décédé.

Ces informations ont fait plier l'action AstraZeneca jeudi. A la Bourse de Londres, où est coté le laboratoire anglo-suédois, le titre a chuté de 2,5%, tandis qu'à Wall Street, il a reculé jeudi soir de 2,3% à 48,67$.

Le lot incriminé est en cours d'examen par l'EMA

La Norvège et l'Islande ont emboîté le pas au Danemark dans la journée de jeudi, tandis que l'Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg ont par la suite mis de côté les doses provenant du lot incriminé (lot ABV5300), qui comprend 1 million de doses et a été distribué dans 17 pays au total, dont la France.

Plus tôt dans la semaine, l'Autriche a suspendu l'utilisation d'un lot de doses AstraZeneca afin d'enquêter sur le décès d'une femme à la suite de troubles de la coagulation et un cas d'embolie pulmonaire. "Bien qu'un défaut de qualité soit considéré comme improbable à ce stade, la qualité du lot est en cours d'examen", a indiqué de son côté l'Agence européenne des médicaments (EMA).

Jeudi soir, l'Italie a à son tour indiqué qu'elle avait écarté un autre lot (ABV2856), non utilisé en France, suite au décès de deux personnes vaccinées.

Suède, Espagne et Royaume-Uni poursuivent leurs vaccinations par AstraZeneca

En revanche, les autorités suédoises ont indiqué qu'elles poursuivaient la vaccination par AstraZeneca, affirmant n'avoir pas trouvé de preuves suffisantes pour suspendre la campagne. L'Espagne a de son côté dit jeudi n'avoir enregistré jusqu'à présent aucun cas de caillots sanguins liés à ce vaccin, qui continue à être administré dans le pays.

Enfin, le Royaume-Uni, où 11 millions de doses du vaccin ont été administrées, le gouvernement britannique a aussi défendu le produit, le jugeant "sûr" et "efficace" et assurant qu'il resterait utilisé au Royaume-Uni. "Nous avons été clairs sur le fait que (le vaccin) est à la fois sûr et efficace", a déclaré un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson à la presse, ajoutant : "Lorsque les gens sont invités à se présenter pour le recevoir, ils doivent le faire en toute confiance".

"Les avantages du vaccin continuent à l'emporter sur ses risques"

Dans un communiqué, l'EMA a estimé qu'il n'y avait pas de lien entre le vaccin d'AstraZeneca et le décès survenu au Danemark. Selon elle, le nombre d'événements thromboemboliques chez les personnes ayant reçu le vaccin (30 cas sur plus de 5 millions de vaccinés en Europe) est plus ou moins équivalent à celui observé dans la population générale.

"Rien n'indique pour l'instant que la vaccination ait provoqué ces troubles, qui ne figurent pas parmi les effets secondaires de ce vaccin", a ajouté l'EMA, estimant que "les avantages du vaccin continuent à l'emporter sur ses risques" et qu'il peut continuer à être administré pendant que l'enquête se poursuit...

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !