Cotation du 23/07/2021 à 17h37 LVMH +2,06% 674,00€

Taxe sur les GAFA : Bernard Arnault se méfie des "effets pervers"...

Taxe sur les GAFA : Bernard Arnault se méfie des "effets pervers"...

"Je crois donc qu'il y a certains effets pervers dans la loi, le système qui est actuellement à l'étude", estime Bernard Arnault.

Taxe sur les GAFA : Bernard Arnault se méfie des 'effets pervers'...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Bernard Arnault a des doutes sur l'efficacité de l'impôt minimum mondial, décidé par les pays du G7, début juin. "Ce qui est clair c'est que certaines entreprises qui sont basées dans des pays à très faible fiscalité réalisent des profits, par exemple en France - certaines firmes internet, les GAFA - qui font des profits avec des clients français et ne payent pas d'impôts en France. Le seul problème de la taxe qu'on est en train d'étudier, d'après ce que j'ai compris, c'est que je pense qu'elle ne va pas régler ce problème là", a expliqué le patron de LVMH sur RTL mercredi matin...

"Si j'ai bien compris, il est question de faire payer à ces entreprises qui sont basées en Irlande un impôt en Irlande et non pas en France... Les entreprises américaines paieraient ce surcroît d'impôts aux Etats-Unis alors que ce qui me paraitrait justifié, c'est que l'impôt soit payé en France pour les bénéfices réalisés en France. Je crois donc qu'il y a certains effets pervers dans la loi, le système qui est actuellement à l'étude", a-t-il poursuivi...

15% au moins sur les bénéfices

Les sept pays les plus riches du monde, réunis au sein du G7, ont décroché un accord historique le week-end dernier pour augmenter la taxation des plus grandes multinationales. L'idée est d'instaurer un impôt minimum mondial d'au moins 15% sur les bénéfices des sociétés. Une telle mesure vise particulièrement les grandes valeurs technologiques, dont les pratiques d'optimisation fiscale leur permettent à ce jour d'échapper largement à la taxation.

Des géants comme Facebook, Apple, ou encore Alphabet sont visés, mais certains observateurs craignent que des entreprises comme le géant de l'e-commerce Amazon échappent aux taxes car ses marges sont inférieures à celles de la plupart des autres grands noms des "techs"...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !