Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 27/11/2020 à 23h00 Amazon.com +0,32% 3 195,34$
  • AMZN - US0231351067
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

"On n'est pas le grand méchant !", se défend le patron d'Amazon France

"On n'est pas le grand méchant !", se défend le patron d'Amazon France

La fronde augmente contre le géant américain, alors que les petits commerces doivent rester fermer.

'On n'est pas le grand méchant !', se défend le patron d'Amazon France

(Boursier.com) — Au centre des critiques depuis le début de la crise sanitaire, et encore plus à l'approche des fêtes de fin d'année, Amazon ne se considère "pas comme le grand méchant" !

"Je voudrais rappeler qu'Amazon représente environ 1% du commerce de détail dans l'Hexagone", s'est défendu mercredi sur France Inter Frédéric Duval, le directeur général d'Amazon France, regrettant "en général beaucoup d'imprécision et d'inexactitude".

Aide aux petits commerces

"C'est une entreprise qui est encore petite en France... C'est une entreprise qui donne la possibilité à des dizaines de milliers d'entreprises de vendre par son intermédiaire, et six unités sur dix sur notre site sont vendues par des entreprises tierces. On n'est pas le grand méchant qu'on décrit aujourd'hui."

Le dirigeant a répété au contraire vouloir être une aide pour permettre aux petits commerces à se digitaliser... "Nous avons mis en place un accélérateur numérique", a-t-il expliqué. "On leur donne des inscriptions gratuites pendant trois mois, des crédits publicitaires pour faire remonter des articles et un accompagnement personnalisé. Le 8 décembre, on va lancer un module de formation générale et qui va parler de réseaux sociaux, de e-commerce, de e-boutique", a détaillé Frédéric Duval.

Les ventes en ligne flambent !

Il a confirmé une hausse des ventes en ligne depuis le début du confinement. "La Fédération de la vente à distance parle de 40 à 50% d'augmentation, c'est ce que nous constatons aussi... Cette croissance profite aux entreprises tierces qui vendent sur Amazon et pas à Amazon même", s'est-il justifié.

Les critiques à l'égard d'Amazon montent en flèche à l'approche de l'opération promotionnelle du "Black Friday", fin novembre. Mais Frédéric Duval défend ces journées de soldes "monstre". "Les Français vont acheter des produits pour Noël et vont avoir besoin de faire des économies. Cette période est très importante dans leur acte d'achat et c'est très important que nous puissions offrir cette possibilité de le faire". Il n'a pas voulu confirmer à cette occasion si le "Black Friday" sera bien maintenu en France...

Pétitions

Les pétitions et appels à la fronde se multiplient contre le groupe américain et ses concurrents, accusés de profiter à plein de la crise et des difficultés des commerçants. "Nous sommes pas des adversaires des Etats, nous sommes une entreprise américaine implantée en France, nous investissons des milliards en France, on crée de l'emploi. On estime que 130.000 personnes vivent de l'activité d'Amazon", a poursuivi Frédéric Duval.

"L'Insee dit que depuis les années 2000, le commerce de détail a créé 271.000 emplois et nous avons participé modestement à cette création", a-t-il conclu...

"Attaquer Amazon, je pense que c'est un mauvais combat", a estimé Cédric O, secrétaire d'État chargé du Numérique, sur franceinfo mercredi.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !