»
»
»
»
Consultation
Cotation du 23/01/2019 à 15h56 EDF +0,57% 14,135€
  • EDF - FR0010242511
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Nucléaire à moins de 50% : les trois pistes du gouvernement

Nucléaire à moins de 50% : les trois pistes du gouvernement

Le gouvernement devrait annoncer la semaine prochaine ses choix sur l'avenir du nucléaire en France. Selon un document cité mardi soir par la presse, l'exécutif a élaboré 3 scénarios alternatifs pour baisser la part du nucléaire à 50%.

Nucléaire à moins de 50% : les trois pistes du gouvernement
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le gouvernement planche sur la future Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui définira la stratégie énergétique de la France sur les 10 prochaines années. Selon la presse, qui cite un document préparatoire publié par l'agence 'AFP', le gouvernement prévoit 3 scénarios alternatifs pour parvenir à réduire la part du nucléaire à 50% (contre 70% actuellement) dans la production électrique de l'hexagone.

Des annonces officielles sur la PPE sont attendues "avant la fin du mois" (c'est à dire la semaine prochaine sauf coup de théâtre), a indiqué dimanche le ministre de la Transition écologique François de Rugy lors du Grand rendez-vous 'Europe 1-CNEWS-Les Echos'. Le ministre a également confirmé à cette occasion le report, de 2025 à 2035, de l'objectif de réduction du nucléaire à 50%.

Voici donc les trois scénarios envisagés par le gouvernement:

1) Fermeture de 14 réacteurs (dont Fessenheim) sur 58 d'ici à 2035

Aucune nouvelle fermeture de réacteur n'interviendrait durant le quinquennat actuel d'Emmanuel Macron : six réacteurs (dont les deux de Fessenheim a priori) devraient être démantelés entre 2023 et 2028, date butoir de la PPE annoncée par Macron dans quelques jours, et six autres entre 2028 et 2035. Ce plan ne prévoit pas la mise en service de nouveaux réacteurs d'ici 2035, hormis celle de l'EPR de Flamanville, mais ne ferme pas expressément la possibilité de futures constructions.

Selon le document cité par l''AFP', ce scénario, qui émane du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES), laisse entendre que des indemnisations seraient versées à EDF. Et des trois options envisagées, il est celle qui prévoit le développement le plus rapide de la production d'électricité renouvelable, principalement au travers de l'éolien et du solaire, de sorte que l'objectif de 40% d'électricité renouvelable soit atteint dès 2030.

2) Fermeture de 12 réacteurs d'ici à 2035

Dans ce scénario qualifié d'"intermédiaire", aucun arrêt de réacteur n'interviendrait d'ici à 2028, et douze d'entre eux devraient tout de même fermer avant 2035. Dans ce cas, le gouvernement ne prévoit pas d'indemnisation d'EDF.

Par ailleurs, cette stratégie retarderait le gros de l'effort sur les énergies renouvelables, repoussant l'objectif des 40% d'électricité renouvelable à 2032, soit deux ans de plus que dans le premier scénario.

3) Fermeture de 9 réacteurs d'ici à 2035

Selon le document consulté par l'"AFP", ce 3ème scénario est soutenu par Bercy et ne prévoit pas non plus de fermetures avant 2028. Ensuite, 9 réacteurs seraient arrêtés avant 2035, repoussant ainsi à 2040 l'objectif des 50% d'énergie nucléaire.

En outre, ce plan prévoit la construction de quatre nouveaux réacteurs avant 2041, en plus de l'EPR de Flamanville actuellement en cours de construction. Ce scénario reporterait à 2034 l'ambition des 40% d'électricité renouvelable.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com