»
»
»
»
Consultation
Cotation du 18/10/2018 à 17h38 Renault -0,30% 68,900€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

"Moov'in", le service d'autopartage de Renault, s'installe à Paris !

"Moov'in", le service d'autopartage de Renault, s'installe à Paris !

Le service de voiture en libre service, proposé par Renault, est accessible dès aujourd'hui dans la capitale...

'Moov'in', le service d'autopartage de Renault, s'installe à Paris !
Crédit photo © Renault

(Boursier.com) — Les petites voitures grises d'Autolib ont fait leurs adieux fin juillet... Elles laissent place depuis mercredi à un nouveau service d'autopartage piloté par Renault et déployé en partenariat avec le loueur Ada. Le nouveau service, baptisé "Moov'in", est composé de cent citadines Zoé disponibles à Paris et à Clichy...

La flotte comptera 200 Zoé et 20 mini-véhicules Twizy, fin octobre, et elle atteindra 500 véhicules d'ici la fin de l'année... La marque au losange a indiqué début juillet que le parc de véhicules en autopartage devrait dépasser les 2.000 véhicules à Paris et en Ile-de-France dans le courant de l'année prochaine.

Ce chiffre comprend aussi les utilitaires électriques et les Zoé du service de VTC Marcel, filiale du constructeur...

Concurrence

Le service coûte 3,90 euros pour les dix premières minutes puis 39 centimes pour chaque minute supplémentaire. Le tarif est donc plus élevé que celui d'Autolib. Selon le groupe automobile, plus de 5.000 utilisateurs ont téléchargé l'application pour pouvoir utiliser ces voitures.

La maque au losange n'est pas la seule à s'intéresser à ce marché. PSA déploiera dans les rues parisiennes 500 voitures électriques en novembre ou décembre. Le groupe l'a officiellement annoncé lors du Mondial de l'automobile.

L'ombre d'Autolib

La résiliation du contrat Autolib avec le groupe Bolloré avait créé la polémique. Les élus franciliens ont refusé de verser la rallonge réclamée par l'industriel breton pour éponger le déficit du service.

Le contrat était initialement prévu pour aller jusqu'en 2023. Bolloré réclame 235 millions d'euros d'indemnisation...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com