»
»
»
»
Consultation
Cotation du 17/05/2019 à 23h20 Facebook -0,90% 185,300$
  • FB - US30303M1027
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Monopole, transparence... Faut-il démanteler Facebook ?

Monopole, transparence... Faut-il démanteler Facebook ?

L'un des co-fondateurs du réseau social, Chris Hughes, a lancé un appel au démantèlement de Facebook en 3 entités afin d'empêcher le géant d'internet d'être en situation de monopole et d'assurer plus de transparence sur les réseaux sociaux.

Monopole, transparence... Faut-il démanteler Facebook ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Chris Hughes, un de ses trois cofondateurs de Facebook prône un éclatement du groupe en trois entités. Dans une longue tribune publiée jeudi par le 'New York Times', Chris Hughes demande ainsi qu'Instagram et WhatsApp, acquis respectivement par Facebook en 2012 et 2014, soit séparés du groupe pour devenir des entités indépendantes, et il souhaite que l'accent soit mis sur la régulation d'internet...

“Le gouvernement doit tenir Mark (Zuckerberg) pour responsable... Pendant trop longtemps, le législateur s'est pâmé devant la croissance exponentielle de Facebook et a négligé son devoir d'assurer la protection des Américains et la libre concurrence sur les marchés”, a-t-il notamment affirmé.

Chris Hughes a cofondé Facebook en 2004 à Harvard avec Zuckerberg et Dustin Moskovitz. Il a quitté la société en 2007, après avoir empoché un demi-milliard de dollars en trois ans, selon un post qu'il a laissé sur LinkedIn.

Facebook appelle à mieux réglementer internet, mais rejette l'idée d'une scission

Cette tribune intervient alors que le patron et fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, doit être reçu vendredi à Paris par le président Emmanuel Macron pour discuter précisément des questions de réglementation et de modération des contenus haineux.

Facebook a réagi jeudi en rejetant l'appel de Chris Hughes. “Facebook accepte l'idée que le succès entraîne des responsabilités. Mais on n'assure pas la transparence en appelant au démantèlement d'une entreprise américaine qui a réussi”, a déclaré le porte-parole Nick Clegg dans un communiqué.

“La responsabilité des sociétés high tech ne peut être assurée que par l'établissement de nouvelles règles pour internet... C'est exactement ce qu'a demandé Mark Zuckerberg", a ajouté le porte-parole.

De nombreuses enquêtes en cours

Le groupe de Mark Zuckerberg fait l'objet de multiples enquêtes dans le monde entier au sujet de la protection des données de ses utilisateurs et des contenus haineux ou des fausses nouvelles qu'il peut véhiculer. Facebook compte plus de deux milliards d'utilisateurs dans le monde et possède aussi les applications WhatsApp, Messenger et Instagram, utilisées chacune par plus d'un milliard de personnes !

La Commission fédérale du commerce (Federal Trade Commission, FTC) enquête depuis l'an dernier sur Facebook dans l'affaire Cambridge Analytica afin de vérifier une éventuelle violation du décret d'autorisation de 2011 relatif au respect de la vie privée des utilisateurs. Pour se préparer financièrement à une amende record, Facebook a annoncé à ses investisseurs avoir provisionné 3 milliards de dollars dans ses comptes du 1er trimestre. Le groupe a estimé l'amende potentielle "entre 3 et 5 Mds$".

Le démantèlement d'un grand groupe pour des questions de monopole est rare aux Etats-Unis, et la démarche doit émaner du gouvernement en place, qui doit porter l'affaire en justice. Les précédents les plus célèbres sont ceux de la compagnie pétrolière Standard Oil et l'ex-monopole des télécoms AT&T.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com