»
»
»
»
Consultation
Cotation du 24/09/2018 à 23h20 Facebook +1,52% 165,410$
  • FB - US30303M1027
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Le scandale Facebook prend de l'ampleur, les régulateurs enquêtent...

Le scandale Facebook prend de l'ampleur, les régulateurs enquêtent...

Le scandale de l'utilisation douteuse des données d'utilisateurs de Facebook prend de l'ampleur. Les autorités de régulation britanniques et américaines s'intéressent de près à cette faille dans la protection des données personnelles...

Le scandale Facebook prend de l'ampleur, les régulateurs enquêtent...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Quelques jours après les révélations de presse mettant gravement en cause la protection des données de ses utilisateurs, le géant américain Facebook est désormais dans le collimateur des autorités de régulation des deux côtés de l'Atlantique, mais aussi de la classe politique ainsi que la justice américaine...

Aux Etats-Unis, la Commission fédérale américaine du Commerce (FTC) enquête sur l'exploitation des données personnelles des abonnés de Facebook, a rapporté l'agence 'Bloomberg'. Le réseau social avait accepté en 2011 de mettre en place des mesures pour mieux protéger les données de ses membres, et la FTC cherche à savoir si le réseau social a enfreint ce "jugement convenu", précise 'Bloomberg'.

Perquisition à Londres

Au Royaume-Uni, l'Information Commissioner's Office (ICO), l'instance de régulation chargée de la protection des données personnelles, mène également des investigations. L'ICO a annoncé avoir demandé une perquisition dans les locaux londoniens de Cambridge Analytica, le cabinet de "big data" qui a collecté les données, et les auraient utilisées frauduleusement dans le cadre de la campagne électorale de Donald Trump en 2016...

Par ailleurs, mardi soir, on apprenait que les procureurs de New York et du Massachusetts ont tous deux lancé une enquête sur le scandale. Dans un premier temps, ils ont adressé aux dirigeants du réseau social une lettre leur réclamant des explications.

Facebook se dit "scandalisé" et "trompé " par Cambridge Analytica

Quant à Facebook, le réseau social a réagi pour la première fois mardi soir, en affirmant être "scandalisé d'avoir été trompé" par la firme d'analyse de données Cambridge Analytica. Facebook dit "comprendre la gravité du problème" et se dit déterminé "à appliquer vigoureusement nos politiques pour protéger les informations privées" et "à prendre toutes les mesures possibles pour que cela soit suivi d'effet".

A Wall Street, l'action Facebook a plongé de plus de 9% en deux séances, à la suite des révélations sur le siphonnage des données de 50 millions d'abonnés du réseau social par Cambridge Analytica.

Les investisseurs craignent que ce scandale n'affecte durablement les revenus publicitaires de Facebook et d'une manière générale, ils commencent à s'inquiéter d'un possible durcissement de la régulation des géants d'internet, qui sont de plus en plus souvent mis en cause pour défaut de protection des données personnelles des internautes...

Mark Zuckerberg sommé de s'expliquer devant les élus européens et américains

Facebook explique que les données ont été collectées il y a 4 ans par un universitaire britannique, Aleksandr Kogan, qui a créé une application sur le réseau social, laquelle a été téléchargée par 270.000 personnes, ce qui a permis d'avoir accès à leurs données personnelles mais aussi à celles de leurs "amis".

Facebook estime que Kogan a violé sa politique en transmettant ensuite ces données à Cambridge Analytica. Le groupe a depuis suspendu à la fois Cambridge Analytica et sa maison mère SCL (Strategic Communication Laboratories).

Cette affaire fait aussi des vagues au sein de la classe politique des deux côtés de l'Atlantique... Une commission parlementaire britannique a ainsi demandé au patron et fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, de comparaître devant elle pour s'expliquer sur les accusations de détournement des données personnelles. Mark Zuckerberg a également été invité à venir s'expliquer devant le Parlement européen par son président, Antonio Tajani. Et aux Etats-Unis, des élus ont également réclamé que le patron de Facebook soit auditionné devant le Congrès...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com