Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 26/11/2020 à 17h35 EDF -1,02% 11,700€
  • EDF - FR0010242511
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

La France va devoir faire face à une situation "inédite" en matière de production d'électricité

La France va devoir faire face à une situation "inédite" en matière de production d'électricité

Pas de coupure involontaire et massive à craindre, selon le gestionnaire des lignes à haute tension RTE...

La France va devoir faire face à une situation 'inédite' en matière de production d'électricité
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La France fera face à une situation "inédite" en matière de production d'électricité au cours de l'hiver 2020-2021 en raison de l'impact du coronavirus mais ne subira pas de coupure involontaire et massive, a déclaré François Brottes, président du gestionnaire des lignes à haute tension RTE.

Les mesures de confinement mises en oeuvre pour freiner le coronavirus ayant retardé des opérations de maintenance au sein des centrales d'EDF, affectant ainsi leur future disponibilité, le groupe a prévenu mi-avril que la production nucléaire française devrait s'établir cette année à son plus bas niveau depuis trente ans...

Une situation "inédite"

Selon les prévisions de RTE, la consommation d'électricité - actuellement inférieure de 7% à ce qu'elle était il y a un an - devrait s'établir au cours de l'hiver prochain à peu près au même niveau que lors de l'hiver dernier à 1,5% ou 2% près.

En matière de production, la France sera cependant dans une configuration "inédite" bien qu'EDF ait "optimisé" son planning de maintenance et soit passé d'un déficit pouvant atteindre 15 gigawatts (GW) à une situation "moins critique" de 6 GW en novembre et décembre prochains par rapport à ce qui était prévu avant la crise sanitaire...

"Le parc suffira"

"En situation de normales saisonnières, où il n'y a pas d'excès de froid, la sécurité d'approvisionnement est assurée sans utiliser quelque autre levier que ce soit ; le parc suffira", a dit François Brottes lors d'une conférence de presse avec Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire.

"Néanmoins, en cas de froid plus rigoureux - si on est en-dessous de 3 degrés, 7 degrés voire un peu plus -, nous aurons à faire face et à devoir faire appel à d'autres moyens que le parc de production qui sera disponible."

Alors que l'équilibre entre offre et demande est habituellement sensible autour de janvier et février, la vigilance sera ainsi de mise dès fin octobre et début novembre...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !