Intel sur le point de céder son titre de champion des puces à Samsung

Intel sur le point de céder son titre de champion des puces à Samsung

Le géant américain pourrait céder sa place à Samsung à la fin du mois de janvier, sur ce marché sensible.

Intel sur le point de céder son titre de champion des puces à Samsung
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Intel est sur le point de perdre son statut de plus grand fabricant de puces au monde... Sur les trois premiers trimestres de 2021, le groupe sud-coréen Samsung devance légèrement son concurrent au niveau des ventes. Les chiffres définitifs pour l'année entière seront disponibles fin janvier, mais il semble probable que le géant américain tombera à la deuxième place, et même si l'entreprise parvient à conserver son titre une année de plus, une réorganisation semble bien en marche.

Les investisseurs agissent d'ailleurs déjà comme si l'apogée d'Intel était passée et plusieurs autres fabricants de puces sont mieux valorisés en bourse, à l'image de Taiwan Semiconductor ou de Nvidia Corp (trois fois la valorisation d'Intel).

Nouveau PDG

Pourtant, le règne d'Intel n'est pas terminé, et il produit toujours la grande majorité des processeurs pour ordinateurs achetés dans le monde, plus complexes que les cartes mémoires proposées par Samsung. Le groupe a dominé l'industrie des semi-conducteurs à hauteur de 400 milliards de dollars ces 30 dernières années et est à la tête d'une montage de cash, grâce à d'importants profits.

Le PDG Pat Gelsinger, qui a rejoint Intel début 2021, vise à lui redonner la main dans le domaine de la technologie de fabrication, tout en se musclant dans la fabrication sous-traitée, que TSMC et Samsung dominent désormais. Les investisseurs ont d'abord applaudi cette approche, mais ils se concentrent de plus en plus sur son coût élevé et le temps nécessaire pour obtenir des résultats. Il faut des années pour concevoir un semi-conducteur, développer les technologies nécessaires à sa fabrication, et construire des usines.

Covid et tensions avec Pékin

La montée en puissance de TSMC et Samsung, le choc provoqué par la pandémie sur les chaînes d'approvisionnement, et les tensions accrues entre les Etats-Unis et la Chine ont amplifié l'inquiétude de Washington. En 1990, deux ans avant qu'Intel ne commence à dominer ce marché, les États-Unis représentaient environ 37% de la production mondiale. Cette part a chuté à environ 12%, selon la Semiconductor Industry Association.

L'administration Biden veut encourager l'industrie américaine à produire des composants électroniques pour lutter à armes égales contre la Chine et planche sur des aides publiques, avec un plan 50 milliards de dollars pour soutenir la construction de puces. Problème : les discussions sont au point mort.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !