Cotation du 05/07/2022 à 17h39 TotalEnergies (ex-Total) -6,42% 49,065€

Gaz : la France se prépare au pire pour l'hiver, l'Allemagne en état d'alerte !

Gaz : la France se prépare au pire pour l'hiver, l'Allemagne en état d'alerte !

La France n'est pas aussi dépendante que l'Allemagne du gaz russe, mais l'hexagone met les bouchées doubles pour remplir ses stocks à 100% avant l'hiver et le gouvernement demande aux entreprises de réduire leur consommation de 10% sur 2 ans.

Gaz : la France se prépare au pire pour l'hiver, l'Allemagne en état d'alerte !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Alors que la Russie s'est mise à réduire massivement ses exportations de gaz vers l'Europe en représailles des sanctions occidentales liées à la guerre en Ukraine, les pays européens s'activent pour ne pas manquer d'énergie l'hiver prochain et se passer du gaz russe à plus long terme...

En France, la Première ministre française, Elisabeth Borne, a fait le point jeudi sur la situation lors d'un déplacement dans un centre de commande de GRTgaz (filiale d'Engie) en Ile-de-France.

Bouclier tarifaire sur le gaz prolongé à la fin 2022

Elle a tout d'abord annoncé le prolongement du bouclier tarifaire sur les prix du gaz "jusqu'à la fin de l'année", reconnaissant que les Français "peuvent être inquiets sur la question des prix du gaz et sur les sujets d'approvisionnement s'ils ont entendu parler des baisses de livraisons par la Russie".

Mme Borne a rappelé que la situation est "beaucoup plus favorable en France (qu'en Allemagne : ndlr), où l'on est moins dépendant de ce gaz russe", grâce à ses terminaux d'importation de GNL (gaz naturel liquéfié) et aux interconnexions gazières avec l'Espagne.

Objectif de remplissage des stocks de gaz à 100% avant l'hiver

La Première ministre a ajouté que le gouvernement avait demandé aux opérateurs et fournisseurs gaziers de remplir leurs stocks de gaz à "près de 100%" d'ici au 1er novembre, alors qu'en temps normal, ils ont pour obligation de les remplir à seulement 85%.

Les centres de stockages de gaz sont actuellement remplis à 59% contre 46% l'an passé à la même date. Ces stockages de gaz souterrains assurent le quart des besoins de la France et jusqu'aux deux tiers certains jours d'hiver lors des pointes de froid.

Un nouveau terminal méthanier flottant au Havre

Concrètement, le gouvernement va demander aux opérateurs de stockage Storengy (filiale d'Engie) et Teréga d'acheter eux-mêmes du gaz pour remplir les réserves, en complément des achats effectués par les fournisseurs de gaz comme Engie ou TotalEnergies. Ces entreprises de stockage bénéficieront d'une "garantie financière" de l'Etat, a précisé Matignon.

La Première ministre a par ailleurs annoncé que la France allait se doter d'un nouveau terminal méthanier flottant (dit FSRU) au Havre, porté par TotalEnergies. Les travaux de raccordement du navire au réseau gazier démarreront "au début de l'automne" et la mise en service est prévue "en septembre 2023", a indiqué Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique, qui accompagnait Mme Borne.

Vers un rationnement dans les entreprises et les administrations

Pour réduire les risques de pénuries, le gouvernement entend aussi piloter une réduction de la demande de gaz, mais aussi d'électricité, avec pour objectif de "réduire la consommation d'énergie de 10% en deux ans" dans les entreprises et les administrations, a annoncé Mme Pannier-Runacher. Des groupes de travail sur la "sobriété énergétique" seront mis en place avec les représentants des administrations, des entreprises et des établissements recevant du public comme les commerces, en vue d'aboutir à "des plans d'action concrets dès la fin de l'été".

"En fait de sobriété, il s'agit ni plus ni moins d'un rationnement, en tout cas d'une répartition intelligente de la ressource gazière", estime Nicolas de Warren, le président de l'Uniden, une fédération d'industriels gros consommateurs d'énergie, interrogé par 'Les Echos".

Pas encore de restrictions demandées aux particuliers

Pour l'instant, aucune campagne n'est prévue en direction du grand public, contrairement à ce qui est fait dans d'autres pays. Dix pays de l'Union européenne sur 27 ont activé le premier niveau d'alerte sur l'approvisionnement en gaz, a déclaré jeudi Frans Timmermans, le commissaire responsable de la politique climatique de l'UE.

L'Allemagne a activé jeudi le "niveau d'alerte", le 2e niveau sur trois avant le "niveau d'urgence", suite à la baisse de 60%, depuis la semaine dernière, des livraisons de gaz du géant russe Gazprom via le gazoduc Nord Stream qui relie la Russie à l'Allemagne par la mer Baltique.

Depuis le 15 juin, la France ne reçoit plus du tout de gaz russe par gazoduc, mais elle continue à importer du gaz liquéfié acheminé de Russie par navire méthanier.

Pour compenser cette perte, la France a augmenté ses importations de GNL (+66 % sur les cinq premiers mois de l'année), en particulier des Etats-Unis. Par ailleurs, les flux par méthaniers et par gazoducs d'autres pays, notamment de Norvège et d'Espagne, sont aussi davantage sollicités, selon le ministère de la Transition énergétique.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités TotalEnergies (ex-Total)

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités