Cotation du 25/10/2021 à 15h33 Facebook -1,10% 320,650$
  • FB - US30303M1027
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

"Facebook Files" : Mark Zuckerberg nie en bloc les accusations de la lanceuse d'alerte

"Facebook Files" : Mark Zuckerberg nie en bloc les accusations de la lanceuse d'alerte

Le patron de Facebook a rejeté les accusations de Frances Haugen, qui affirme que l'entreprise a renoncé aux principes moraux au nom du profit...

'Facebook Files' : Mark Zuckerberg nie en bloc les accusations de la lanceuse d'alerte
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Facebook est au coeur de toutes les polémiques ces dernières semaines... Alors qu'il a été confronté à des problèmes techniques en début de semaine après la panne géante du réseau social et de ses services associés, le géant californien doit également faire face à plusieurs difficultés juridiques et politiques de taille...

Après avoir livré des documents issus de recherches internes de Facebook au 'Wall Street Journal' qui publie les différents chapitres d'une gigantesque enquête baptisée "Facebook Files" depuis la mi-septembre, la lanceuse d'alerte Frances Haugen a témoigné mardi devant la commission au commerce du Sénat américain.

La data-scientist de 37 ans, qui a travaillé dans plusieurs entreprises technologiques avant de rejoindre Facebook en 2019, estime que l'entreprise a renoncé aux principes moraux au nom du profit. Devant le Congrès américain, elle a notamment expliqué que Facebook avait minimisé son influence sur les adolescents et désactivé des filtres contre les "fake news".

Selon l'ancienne employée, le réseau social permet également à certains utilisateurs d'échapper à la modération. Elle affirme par ailleurs que l'entreprise est dirigée de "manière unilatérale" par Mark Zuckerberg.

"Beaucoup de ces affirmations n'ont aucun sens"

Dans un long message publié mercredi sur son compte public, le patron de Facebook est sorti du silence, rejetant les accusations visant le réseau social et assurant ne pas reconnaître son entreprise telle qu'elle est décrite dans les articles et les propos de Frances Haugen. "Beaucoup de ces affirmations n'ont aucun sens", a-t-il estimé, tout en affirmant au contraire que le groupe se soucie "profondément des problèmes tels que la sécurité, le bien-être et la santé mentale".

"L'argument selon lequel nous mettons en avant du contenu qui rend les gens en colère, pour des profits, est complètement illogique", s'est encore défendu Mark Zuckerberg, avant d'ajouter : "je ne connais aucune entreprise technologique qui se fixe de développer des produits rendant les gens en colère ou déprimés".

Revenant sur la détresse psychique des adolescents induite par sa plateforme, il a mis en avant les efforts consacrés à la recherche sur les effets de ses applications sur la santé mentale des utilisateurs. "Si nous ne nous soucions pas de lutter contre le contenu néfaste, alors pourquoi engagerions-nous autant de personnes dédiées à cela et même plus que n'importe quelle autre entreprise, même celles qui sont plus grandes que nous ?", a-t-il rétorqué.

Mark Zuckerberg évoque des aspects positifs

Le patron de Facebook a même insisté sur les aspects positifs que peut avoir Instagram sur la santé mentale des adolescents, rappelant en outre que la plateforme de partage de photos avait contribué à améliorer le quotidien d'une grande majorité des jeunes filles souffrant de solitude, d'anxiété ou de tristesse.

Pour rappel, l'enquête du 'Wall Street Journal', qui se base sur de nombreux documents issus de recherches internes à l'entreprise, emportés par Frances Haugen avant son départ de l'entreprise en mai dernier, a révélé entre autres que Facebook effectuait des recherches sur sa plateforme Instagram depuis trois ans pour en déterminer les effets sur les adolescents.

Les études montraient alors que 32% des adolescentes estimaient que l'utilisation du réseau social leur avait donné une image plus négative de leur corps lorsqu'elles n'en étaient déjà pas satisfaites. Sous la pression, Facebook avait décidé la semaine dernière de suspendre son projet de version d'Instagram pour les enfants...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités Facebook