Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 01/10/2020 à 22h30 Facebook +1,81% 266,630$
  • FB - US30303M1027
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Facebook : bras de fer juridique en Australie, la survie de la presse en question

Facebook : bras de fer juridique en Australie, la survie de la presse en question

Le bras de fer continue entre le réseau social et le gouvernement australien, qui veut rééquilibrer les relations entre les médias locaux et les géants de la tech.

Facebook : bras de fer juridique en Australie, la survie de la presse en question
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Facebook hausse le ton en Australie !... Le groupe américain prévient qu'il bloquera le partage d'informations de presse dans le pays si un projet de loi destiné à le contraindre à rémunérer les groupes de presse locaux pour la mise en avant de leurs contenus vient à être promulgué.

Dans le cadre d'une réforme de la réglementation sur le numérique, l'Australie doit devenir cette année le premier pays au monde à demander à Facebook mais aussi à Google de payer pour les informations provenant de groupes de presse, via un système inspiré de la redevance. Facebook juge que cette règle n'est pas juste, les médias pouvant réclamer le prix qu'ils souhaitent sans aucune grille.

L'annonce de Facebook éloigne encore davantage la perspective d'un accord avec le gouvernement australien sur un "code de conduite" des géants du numérique voulu par Canberra...

Seul moyen de se protéger ?

"En considérant que le projet de code devienne une loi, nous allons à regret arrêter d'autoriser les éditeurs et les gens en Australie à partager des nouvelles locales et internationales sur Facebook et Instagram", a dit le directeur de Facebook pour l'Australie, Will Easton, dans une publication sur un blog.

"Ce n'est pas notre premier choix - c'est notre dernier. Mais c'est le seul moyen de se protéger contre une issue qui défie la logique et va nuire, non pas aider, à la vitalité à long-terme du secteur australien de l'information et des médias", a-t-il ajouté.

Réagissant à cette annonce, le secrétaire au Trésor a déclaré que la proposition de loi était dans l'intérêt national, faisait suite à 18 mois de consultation publique et découlerait sur une industrie de la presse locale plus viable. "Nous ne répondons pas à la coercition ni aux lourdes menaces, d'où qu'elles viennent", a dit Josh Frydenberg dans un courriel transmis à Reuters suite à une demande de commentaire.

Google aussi

Google a également sonné l'alarme concernant la proposition de l'Australie. La mesure "nous obligerait à vous fournir des services Google Search et YouTube de très mauvaise qualité" et "mettrait en danger les services gratuits que vous utilisez", a prévenu Mel Silva, le directeur général de Google Australie et Nouvelle-Zélande, dans une lettre ouverte.

Le gouvernement australien tente de rééquilibrer les relations entre les géants de la technologie et une industrie médiatique locale qui a du mal à se passer de la perte de revenus publicitaires.

En mai dernier, Rupert Murdoch, le patron de l'entreprise News Corp., a annoncé son intention de supprimer des emplois et d'arrêter l'impression de plus de 100 journaux locaux et régionaux en Australie. Rupert Murdoch, qui est né en Australie, préconise depuis des années que Facebook et Google paient pour les articles de presse qui apparaissent sur leur plateformes...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !