Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 26/10/2020 à 11h42 Airbus Group (ex-EADS) +1,29% 68,910€
  • AIR - NL0000235190
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Airbus-Boeing : l'UE autorisée à taxer 4 Mds$ de produits américains

Airbus-Boeing : l'UE autorisée à taxer 4 Mds$ de produits américains

Nouveau rebondissement dans la querelle des subventions qui oppose depuis 16 ans Airbus et Boeing... L'OMC a annoncé mardi que l'Union européenne était autorisée à taxer 4 milliards de dollars d'importations des Etats-Unis.

Airbus-Boeing : l'UE autorisée à taxer 4 Mds$ de produits américains
Crédit photo © Airbus SAS

(Boursier.com) — La partie de ping-pong américano-européenne autour des subventions aéronautiques accordées à Airbus et Boeing s'est enrichie d'une nouvelle manche... L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a annoncé que l'Union européenne (UE) était autorisée à taxer quatre milliards de dollars d'importations des Etats-Unis, en raison des aides publiques américaines versées à Boeing.

Il y a tout juste un an, le 2 octobre 2019, l'OMC avait autorisé Washington à imposer des taxes sur 7,5 milliards de dollars de biens européens, ce qui a abouti à une surtaxe de 15% sur les livraisons d'Airbus aux Etats-Unis.

La décision rendue mardi par les médiateurs de l'OMC avait été retardée par la pandémie de coronavirus. Elle intervient finalement 3 semaines jour pour jour avant l'élection présidentielle américaine du 3 novembre, et pourrait tout aussi bien raviver les tensions commerciales ou au contraire permettre de conclure enfin un accord à l'amiable pour clore définitivement ce dossier épineux.

La querelle dure en effet depuis 16 ans, chaque avionneur reprochant à l'autre les aides et subventions dont il aurait indûment bénéficié. L'OMC a rendu plusieurs avis sur ce dossier, donnant tour à tour raison à chacun des protagonistes. En 2019, le président américain Donald Trump s'est emparé du dossier Airbus-Boeing pour en faire un enjeu politique des négociations commerciales plus larges avec l'UE.

Bruxelles réaffirme sa volonté d'une solution négociée

En réaction à la dernière décision de l'OMC, la Commission européenne a affirmé mardi sa "forte préférence" pour une solution négociée, et a demandé à Washington de retirer ses propres droits de douane sur diverses catégories de produits européens, pour que l'UE s'abstienne d'exercer ses "droits à des représailles". L'exécutif européen a dressé une longue liste de produits américains qu'il pourrait cibler comme le vin, les spiritueux, les valises, les tracteurs, le poisson surgelé, ainsi que des produits agricoles allant des oignons séchés aux cerises.

La France, de son côté, a réagi en estimant que l'UE devrait imposer des sanctions contre les Etats-Unis en l'absence de solution négociée.

Vers une taxe de 15% sur les Boeing importés dans l'UE ?

Du côté américain, la première réaction ne semblait pas propice à un accord.... Le Bureau du représentant américain au Commerce (USTR) a jugé mardi que l'UE ne disposait d'aucune base juridique pour imposer des droits de douane sur ses importations en provenance des Etats-Unis, malgré la décision de l'OMC.

Robert Lighthizer, le représentant américain au Commerce, a déclaré qu'une telle initiative de l'UE serait "clairement contraire aux principes de l'OMC et entraînerait une réaction américaine".

Parmi les différentes pistes en cas de persistance de désaccord, Bruxelles envisage de faire payer à son tour des droits de douane de 15% aux compagnies aériennes qui importent des Boeing, le même taux qui est appliqué outre-Atlantique aux Airbus construits en Europe.

Boeing et Airbus estiment tous deux être en règle

Du côté des deux avionneurs, l'Etat de Washington (où est situé le siège de Boeing) a décidé de mettre fin aux allégements fiscaux dont a bénéficié Boeing, tandis qu'Airbus a accepté un relèvement des taux d'intérêt sur des prêts pour l'A350 obtenus auprès de la France et de l'Espagne.

Boeing estime désormais que rien ne justifie des droits de douane européens, puisqu'il respecte désormais la décision rendue par l'OMC. Airbus assure également s'être conformé aux décisions rendues par l'OMC, et dit que l'UE est dans son droit d'imposer de nouvelles taxes, tout en appelant à une solution négociée...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !