Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 07/08/2020 à 12h13 Air France KLM -2,75% 3,752€
  • AF - FR0000031122
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Alléger
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Air France KLM : le départ surprise d'Alexandre de Juniac plombe le titre en Bourse

Air France KLM : le départ surprise d'Alexandre de Juniac plombe le titre en Bourse

Le patron de la compagnie franco-hollandaise va prendre la direction de l'Association du Transport aérien international. Une période d'incertitudes s'ouvre...

Air France KLM : le départ surprise d'Alexandre de Juniac plombe le titre en Bourse
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Air France KLM change de capitaine. Grand artisan du redressement de la compagnie franco-hollandaise, Alexandre de Juniac va quitter son poste de PDG pour prendre la direction de l'Association du Transport aérien international. Un départ qui a pris de court les investisseurs. Le titre AF-KLM perd 3,6% à 7,9 euros à la mi-journée après avoir cédé près de 8% à l'ouverture des marchés...

Comme le souligne le broker Jefferies, l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde était "très apprécié par les marchés" pour son plan de redressement de la société. Dans un entretien accordé à "RTL", le patron du groupe a d'ailleurs expliqué avoir atteint les objectifs qui lui avaient été assignés en arrivant à la tête de la société : "Lorsque j'ai été nommé, le conseil d'administration d'Air France m'a dit: il faut ramener la maison à l'équilibre et la désendetter. Ça c'est fait"..."Avec les 100.000 salariés que j'ai eu l'honneur de présider, on a fait des progrès énormes. Quand je suis arrivé, il y avait des pertes considérables. On avait perdu pied et on avait régressé. Mais on a remis la compagnie dans le vert, on l'a désendettée. Il y a énormément de choses à faire pour l'avenir".

Premiers bénéfices depuis 7 ans

De son côté, le Crédit Suisse juge "regrettable" ce départ, considérant que cette annonce intervient alors que le groupe commence tout juste à établir un bilan de ses objectifs de rentabilité dans un contexte de négociations collectives difficiles... En effet, si la société a renoué avec les bénéfices l'an dernier, pour la première fois depuis sept ans, elle le doit avant tout à la baisse des prix du carburant dans le sillage de la chute des cours du pétrole... Certes, le groupe a réduit ses coûts mais l'écart de compétitivité avec les principaux concurrents européens (IAG, Lufthansa) reste encore important. Sans parler des compagnies à bas-coûts et des transporteurs du Golfe...

Une grève historique des pilotes

Arrivé à l'été 2013 à la tête d'Air France KLM après deux ans passés à la direction d'Air France, Alexandre de Juniac a dû faire face à de nombreux obstacles. La réticence des pilotes au développement de Transavia a sans doute été l'un des plus importants. Cette opposition farouche s'est d'ailleurs traduite par une grève de deux semaines des commandants de bord, la plus importante de l'histoire de la société...

Un patron pris en étau

Critiqué par les syndicats pour son manque de dialogue social, le patron de l'entreprise devait également faire avec le manque de soutien de l'Etat, principal actionnaire de la compagnie avec 17% du capital. Selon les informations d'"Europe 1", il se sentait ainsi pris en étau entre le gouvernement et les pilotes : "il ne s'estimait plus assez soutenu par l'Etat et, il cherchait, selon ce que nous a confié un cadre interne, à quitter l'entreprise depuis quelques temps, tandis qu'un autre le disait fatigué"... Oddo va également dans ce sens, expliquant que l'arrivée de Gilles Gateau, l'ex-directeur adjoint de cabinet de Manuel Valls, en tant que Directeur des Ressources Humaines en octobre 2015 avait certainement été la première indication d'une mise sous tutelle...

Quel successeur ?

Au cours des prochains mois, le groupe va donc s'atteler à trouver un successeur à Alexandre de Juniac afin "de poursuivre la consolidation et le développement du groupe". Un cabinet de recrutement international a été sélectionné à cet effet. Plusieurs noms circulent déjà... Le PDG d'Airbus, Fabrice Brégier, Alexandre Bompard, le patron de la Fnac, Guillaume Pepy, président de la SNCF, ou encore de Florence Parly, ancienne cadre dirigeante d'Air France, sont notamment évoqués par "Le Monde"...

Quelque soit le prochain patron de la compagnie, sa tâche ne s'annonce pas facile. Pour les investisseurs, une période d'incertitude s'ouvre également avec un risque double. Oddo craint ainsi la nomination d'un management de transition qui ne pèserait pas très lourd dans les négociations salariales ou les négociations de partenariats stratégiques, ou la nomination d'un PDG "technocrate" qui utiliserait la manne carburant pour introduire plus de flexibilité dans le plan actuel...

©2016-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !