Pas de date de cotation Legris Industries 0,00% -
  • LEG - FR0000125908
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Legris Industries : Wyser Pratte monte au créneau

Wyser Pratte monte au créneau
-

Prenez une partie de vos bénéfices au dessus de 50 euros.

(Boursier.com) — Conseillé fin octobre pour sa décote et des ratios de valoriation très modestes, le titre Legris ne cesse de progresser (+35%), sous le coup d'une spéculation alimentée par l'arbitragiste Guy Wyser-Pratte. Célèbre en bourse pour son habileté à détecter les dossiers les plus injustement décotés, GWP a donc fait la même analyse que nous, en ramassant plus de 5% du capital du groupe, selon la dernière déclaration de franchissement de seuil effectuée fin décembre.

Suivant les rumeurs de marché, GWP aurait poursuivi ses achats en bourse en janvier pour détenir près de 10% du capital. Dans l'attente d'une déclaration officielle, l'arbitragiste semble avoir maintenu le contact en coulisse avec la direction de Legris, en réclamant au passage un droit de regard sur la gestion du groupe jugée trop conservatrice.

Vers une meilleure valorisation ?
Fidèle à sa stratégie, GWP met la pression sur ses cibles en enfonçant un coin dans le tour de table pour ensuite imposer ses vues sur la stratégie du groupe afin de valoriser au mieux ses investissements. Une technique qui a le mérite de souligner les décotes de certains dossiers et de secouer le management pas assez soucieux de créer de la valeur pour les actionnaires.

Ce genre de coup de force ne va pas forcément à son terme, on l'a vu avec l'épisode Strafor-Facom début 98, la direction n'ayant pas accepté la scission en deux des activités du groupe. GWP est cependant parti avec une belle plus-value de près de 30%.

"Dans le cas de Legris, les ambitions de l'arbitragiste pourraient aussi se heurter à des dirigeants/actionnaires ramassés autour de la famille fondatrice qui détient la minorité de blocage (33,33% du capital) et près de la majorité absolue en terme de droits de vote. L'absence de communication du groupe actuellement en dit long sur l'état d'esprit d'un management ""à la française"" très regroupé sur lui-même."

Dans les cours actuels, le potentiel de hausse n'est sans doute pas épuisé à court terme. Les plus prudents prendront quand même une bonne partie de leur bénéfice au-dessus des 50 Euros avec un gain de 43% en trois mois..

— ©1999-2019, Boursier.com

Partenaires de Boursier.com