Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Conseils
»
Historique
»

Consultation

Cotation du 28/10/2020 à 10h36 Lagardere -6,09% 19,120€
  • MMB - FR0000130213
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Lagardere : un peu moins d’incertitudes

un peu moins d’incertitudes
Conserver

Nous sommes neutres à court terme.

(Boursier.com) — Clarifications . Les résultats semestriels publiés ce matin par Lagardère ont eu le mérite de rassurer les analystes, même si de l’aveu même des dirigeants ils ne sont pas vraiment significatifs. Le bénéfice net à 104,2 Millions d'Euros, est en effet faussé par des comparatifs biaisés par EADS. En revanche, les performances opérationnelles du groupe, situées en haut de fourchette des estimations, permettent aujourd’hui au titre de s’offrir un petit rebond. Le résultat d’exploitation s’affiche en effet en hausse de 6% au niveau global à 208 ME, la croissance du seul pôle Lagardère Media s’élevant à 7,3% à 143 ME. Au-delà des chiffres, les observateurs attendaient surtout certaines clarifications quant à la position de Lagardère par rapport à Vivendi Universal, d’une part du point de vue du futur Canal +, et d’autre part sur l’intérêt manifesté pour la branche éditions du géant des médias. Il ressort de la conférence qui a suivi la publication des résultats que les idées directrices sont en place, dissipant par là même certaines interrogations.

Encore rien VU. Concernant d’abord les participations de 34% dans Canalsatellite et 27,4% dans Multithématiques, Arnaud Lagardère a affirmé qu’il n’était pas question pour son groupe de "se retrouver dans un ensemble où on contrôlerait 15% de C+", précisant qui plus est qu’il préférait faire une bonne opération dans 10 ans qu’une mauvaise dans six mois. En revanche, le co-gérant du groupe a officialisé son intérêt pour la branche édition de VU, mais seulement en ce qui concerne les actifs hexagonaux (dont Larousse, Laffont, Plon, Le Robert ou encore Dalloz), tout en indiquant qu’une offre serait avancée prochainement. Enfin, le dirigeant a évoqué la cession de Matra "incessamment sous peu", une nouvelle qui va satisfaire bon nombre d’analystes d’autant qu’il est question de se séparer non seulement du bureau d’études, mais également de l’unité de production. Cette dernière information sera appréciée du marché à sa juste valeur, tout comme l’expression de la volonté de ne pas s’aventurer plus avant dans les conditions actuelles dans l’aventure Canal +. La ferme intention de récupérer les actifs français de VU Publishing en revanche paraît de prime abord logique même si elle ajoute de l'incertitude au marché.

Le doute subsiste… malheureusement. La qualité des éditeurs concernés ne fait pourtant aucun doute et la structure financière actuelle est forte d’un endettement net bancaire négatif de 99 Millions d’Euros pour des fonds propres de 4,3 Milliards d’Euros auxquels il faut ajouter des lignes de crédit de 5 à 10 ans d’un montant de 1,9 MdE. La réalisation d’un tel projet, qui reste évidemment conditionnelle que ce soit au niveau de VU comme des autorités européennes de la concurrence ou du gouvernement, permettrait la constitution d’un pôle sans égal pour Lagardère. Pour l’heure, la situation a peu évolué sur ce dossier qui reste donc une opportunité de moyen / long terme. Le règlement probable du cas Matra reste en attendant une bonne nouvelle, mais la participation dans EADS, décriée car sortant du domaine de prédilection du groupe, n’a pas été évoquée. Lagardère reste dans une situation paradoxale avec de bons résultats malgré un contexte dégradé outre-Atlantique, où son dirigeant éponyme ne voit pas de reprise en 2002. Dans ce contexte d’incertitudes concernant achats et cessions, nous resterons prudents même si un investissement de moyen long terme se conçoit toujours à la faveur d’un net retour sous les 35 euros.

Cours à la date du conseil : 37,20€

— ©2002-2020, Boursier.com