Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Conseils
»
Historique
»

Consultation

Cotation du 28/10/2020 à 09h39 Lagardere -4,86% 19,370€
  • MMB - FR0000130213
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Lagardere : retour sous les 40 euros

retour sous les 40 euros
Acheter

Achat sous les 35 Euros.

(Boursier.com) — Glissade tardive. Le titre Lagardere est sur la pente descendante depuis le mois de mai, dans le sillage des valeurs médias qui souffrent toujours de la crise du secteur publicitaire tandis que la reprise annoncée sur le premier trimestre 2002 puis repoussée au second se fait toujours attendre. Le groupe n’a pourtant pas à rougir de ses chiffres semestriels publiés hier, qui marquent une nouvelle croissance organique de 7,4% sur le second trimestre pour la division médias après une performance tout aussi honorable en début d’année. Le chiffre d’affaire de la première moitié de l’exercice est même supérieur aux attentes à 3,9 Milliards d’Euros au niveau médias et à 6,47 MdsE en consolidé (+3,1%). Il n’empêche que la déprime actuelle des marchés et la mise au ban de tout ce qui s’approche de près ou de loin du secteur TMT n’a offert au titre qu’un maigre rebond inférieur à la remontée du CAC hier et provoque une nouvelle baisse aujourd’hui.

Les analystes voient loin. Pourtant, rares sont les valeurs qui bénéficient à l’heure actuelle d’un pareil consensus à l’achat. La grande majorité des analystes, qu’ils soient français ou anglo-saxons, reste persuadée que le potentiel de long terme est bien présent dans les cours actuels, la seule pierre d’achoppement étant constituée par le timing de retour sur le titre. Au-delà même, les spécialistes de la valeur d’horizons différents s’accordent sur un objectif de cours semblable de 51/54 euros, ce qui devient plus que rare (voire unique) concernant les valeurs médias en ce moment. Cette valorisation, basée sur la "somme des parties", montre aussi que le statut de conglomérat de Lagardere demeure un poids important et que la cession des participations dans EADS et surtout Matra (retardée dans l’immédiat) permettrait de faire disparaître la forte décote qui frappe la valeur. Le groupe dispose en outre de solides arguments par les temps qui courent.

Timing. Le premier d’entre eux est un endettement très faible, d’autant plus notable dans le secteur des médias. Les velléités actuelles de Lagardere dans la télévision ne devraient pas menacer cet état de fait dans la mesure où l’époque n’est pas vraiment à la surenchère. La résistance affichée en période troublée, puisque la croissance est toujours bien présente, est le signe d’une machine plutôt bien huilée, d’autant que les dirigeants concèdent que la visibilité est toujours aussi médiocre. Reste à savoir si le moment est venu d’investir, dans la mesure où il n’y a rien à attendre de la publicité sur 2002, ce qui devrait peser sur les résultats annuels. De plus, le titre n’a pas encore touché ses plus bas de septembre à 31,40 euros et le trend baissier est affirmé. Aussi pourra-t-on se replacer à la faveur d’un repli plus net sous les 35 euros en plusieurs fois si nécessaire, dans une optique de moyen / long terme.

Cours à la date du conseil : 38,57€

— ©2002-2020, Boursier.com