Marie Brizard et Roger International
  • MBZ - FR0000031569
  • + Ajouter à : Mes Listes

Marie Brizard et Roger International : Redressement envisagé en 4 ans

Redressement envisagé en 4 ans
-

Rester à l'écart.

(Boursier.com) — Le groupe de spiritueux se donne quatre ans pour se redresser. Dès sa nomination au printemps dernier, le nouveau P.D.G., Thibault de Kergorlay, avait demandé deux audits, l'un sur la situation financière, l'autre sur l'analyse des forces et faiblesse marketing du groupe Marie Brizard. Il en livre les conclusions à la communauté financière dans la foulée d'un arrêté tardif de comptes 1997 déficitaires de 217 M.F. suite à des pertes exceptionnelles. Le résultat d'exploitation progresse de 45 M.F. pour atteindre 84 M.F. On notera que la barque aurait pu être chargée davantage compte tenu de la très mauvaise qualité du bilan de Marie Brizard. Il faut donc croire la direction lorsqu'elle indique que les pertes exceptionnelles sont le résultat d'une analyse réelle de la situation.

La direction du groupe, renouvelée à 100%, indique que la situation peut être redressée. Ses objectifs 1998/2002 sont ambitieux: Le P.D.G. veut doper la marge d'exploitation de 6% à 10% en 4 ans en exploitant 50 à 60 M.F. de gains de productivité par an. Il va concentrer les efforts marketing sur ses trois activités prioritaires: Marie Brizard, Berger, Pulco et Sirop Sport. Il va céder ou adosser ses marques non stratégiques, notamment les jus de fruits Cidou et les vins mousseux Sorevi.

La capitalisation boursière réduite de Marie Brizard, proche de 300 M.F., inciterait à des achats spéculatifs. Mais on note l'existence de 452 M.F. de survaleur au dernier bilan et de 933 M.F. de dettes nettes pour 110 M.F. de fonds propres. Le dossier reste donc particulièrement risqué et le besoin de d'argent frais criant. A moins de parier à plus ou moins brève échéance sur la fin de l'indépendance du groupe... Mais là encore, son incroyable situation financière limite l'espoir de plus values..

— ©1998-2020, Boursier.com