»
»
»
»
»

Consultation

Cotation du 24/05/2019 à 17h35 AccorHotels -0,61% 33,950€

AccorHotels : Manger ou être mangé...

Manger ou être mangé...
-

Achetez.

(Boursier.com) — "Le titre Accor qui s'était envolé jusqu'à la mi-98 est revenu à la case départ. Les boursiers redoutent les conséquences de la crise brésilienne et d'un ralentissement de l'activité en Europe qui affecteraient la rentabilité du groupe. La direction préfère quant à elle se concentrer sur sa stratégie d'acquisitions avec le rachat récent du suédois ""Good Morning Hotels"". Après un accord de coopération commercial avec Air France, le groupe devrait embrayer par la reprise de la filiale de la SNCF ""Frantour"" qui réalise 1,5 Mds de francs de CA."

Cette politique d'acquisition dynamique a fait s'éloigner depuis quelques mois les rumeurs d'OPA qui planaient régulièrement au-dessus du groupe hôtelier, contribuant à peser sur la tendance boursière. La gestion active de son patrimoine rend Accor plus à même de bénéficier des opportunités d'achats sur un marché en pleine concentration. Accor dispose ainsi en caisse de plus de 9 Mds de francs récoltés de la vente de ses murs d'hotels l'année dernière.

Aux dernières nouvelles, Jean-Marc Espallioux serait toujours en négociation avec son ancien employeur, le groupe Vivendi, pour la reprise du pôle hôtelier de l'ex-Générale des Eaux, soit un ensemble de 3 Mds de francs de CA. La confiance de la direction vient d'être corroborée par le dernier rapport du cabinet MGK Conseil confirmant la bonne santé du secteur en Europe, avec une nouvelle progression de 5% du revenu moyen par chambre attendu cette année. Le haut de gamme, en particulier, est dopé par une demande très vigoureuse (+21,3% en 1998) et conserve un potentiel de croissance important selon cette étude.

L'Europe qui représente les 2/3 du bénéfice total du groupe devrait donc encore contrebalancer le manque à gagner sur la zone asiatique mais aussi sud-américaine qui compte pour 12% du bénéfice opérationnel. La dévaluation du Réal brésilien (-40%) depuis le début d'année pourrait ainsi entraîner une baisse de l'ordre de 5% du bénéfice net global prévu sur 99 (2,1 Mds de francs). A court terme, le titre dispose d'un potentiel de hausse à 210 Euros, la valeur étant revenue dans la fourchette d'évaluation de ses principaux concurrents après avoir été surpayée il y a 8 mois..

— ©1999-2019, Boursier.com

Partenaires de Boursier.com