»
»
»
»
»

Consultation

Cotation du 18/07/2019 à 17h35 Neoen -0,49% 20,500€
  • NEOEN - FR0011675362
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Neoen : Introduction sur le Compartiment A

Introduction sur le Compartiment A

Souscrire.

(Boursier.com) — Energies renouvelables. La cote parisienne a perdu de nombreux représentants du secteur des énergies renouvelables : Futuren racheté par EDF, Direct Energie repris par Total après avoir lui-même absorbé Poweo il y a plusieurs années... Le mouvement va s'inverser avec l'introduction de Neoen, société de Jacques Veyrat, détenue via sa société d'investissements Impala. L'opération s'annonce d'ores et déjà comme la plus importante de l'année pour la Bourse de Paris, en attendant celle de Consolis qui devrait être aussi de taille significative. Pour Neoen, ce sera environ 640 ME en milieu de fourchette, dont une augmentation de 450 ME, le reste sous forme de cession, notamment d'un fonds d'Omnes Capital. La levée de fonds aura pour fonction de financer le passage du parc du groupe de 2 GW à 5 GW, aujourd'hui grosso modo réparti pour 2/3 dans le solaire et 1/3 dans l'éolien. Le modèle de Neoen comprend aussi la détention des actifs de production d'électricité et pas seulement leur exploitation, ce qu'il faut financer. Pour Neoen, pas question en effet de céder des actifs à des tiers ou de se positionner en co-investisseur. La création de valeur est aussi assise sur les actifs. Ce qui nécessite de s'endetter en conséquence.

Revenus garantis. Le ratio dette nette/EBITDA, toujours plus élevé dans un secteur qui a des revenus récurrents mais aussi la faculté de rembourser des dettes plus importantes, est aussi plus élevé que celui constaté parmi les acteurs du secteur lui-même. En l'occurrence, il culminait à 9,6 fin 2017. La direction explique qu'en annualisant les actifs non comptabilisés en année pleine, le ratio tombe à 6,3. Encore élevé, mais la direction met en exergue la " jeunesse " des actifs face à cette dette et leur capacité à dégager des cash-flow importants sur de nombreuses années. Ces actifs sont effectivement détenteurs de contrats d'achat très long terme à savoir des durées allant de 10 à 25 ans. Et Neoen annonce 5,2 MdsE de revenus déjà garantis sur ces contrats. L'objectif du groupe est d'afficher un ratio de dette nette/EBITDA d'environ 8 d'ici la fin 2021. Au-delà de 2021, Neoen se dit en mesure d'autofinancer 0,5 Gw supplémentaire chaque année. Et sans projet nouveau majeur, Neoen consacrera alors une partie du cash-flow à un dividende sur ces comptes 2021, donc pour un versement aux actionnaires à partir de 2022.

Impala. Côté perspectives plus immédiates, le groupe considère pouvoir réaliser, au titre de l'exercice clos le 31 décembre 2018, un chiffre d'affaires consolidé compris entre 220 ME et 230 ME contre 139 ME en 2017 et un EBITDA courant consolidé compris entre 170 et 175 ME contre 102 ME en 2017. Des niveaux crédibles, à mettre en relation avec une capitalisation proche de 1,5 Milliard d'Euros. L'absence de comparable rend difficile toute analyse, même si Voltalia voit son ratio VE/EBITDA s'afficher à moins de 10 fois contre 17 fois environ pour Neoen. Mais Neoen mérite sans doute une prime étant donné sa taille deux fois supérieure, le fait que le groupe soit déjà rentable et qu'il soit bien moins exposé aux devises émergentes. En outre, toujours sensible lors d'une introduction en Bourse : le comportement de l'actionnaire principal a ici de quoi rassurer. En l'occurrence, Impala réinvestit 170 ME de façon à rester le 1er actionnaire.

— ©2018-2019, Boursier.com

Partenaires de Boursier.com