Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Conseils
»
Historique
»

Consultation

Cotation du 03/07/2020 à 17h35 Christian Dior -0,73% 382,000€
  • CDI - FR0000130403
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Christian Dior : de nouveau la vie de château?

de nouveau la vie de château?
-

Conservez.

(Boursier.com) — Sécurité. Le Groupe Dior est un dossier que nous aimons bien car il permet de jouer le secteur du luxe avec une certaine sécurité offerte par la décote constante qu'offre ce groupe sur sa principale participation LVMH. Le secteur, avec celui de l'aérien (les deux sont liés par le duty-free), fait partie des plus affectés par la crise qui sévit depuis maintenant 8 mois, accentuée par les évènements de septembre dernier. La société Christian Dior exerce, rappelons-le, le rôle de "tour de contrôle" au sein de la galaxie Arnault en détenant plus de 40% du capital de LVMH. Activité par activité, la mode pèse 1/4 de ses ventes, les vins et spiritueux 20%, les parfums et cosmétiques presqu'autant.

Première loge. Avec 1/4 de son activité réalisée aux Etats-Unis, le groupe était évidemment au première loge pour subir le contre-coup des attentats, ce qui a entraîné le titre l'automne dernier en chute libre vers les 20 Euros. Nous avons profité de cet excès fin septembre pour nous renforcer à bon compte proche des plus bas niveaux cotés par la valeur. La décote aberrante présentée à l'époque par ce titre avait d'ailleurs été mise à profit par Bernard Arnault lui même qui se retrouve désormais avec plus de 67% du capital de Dior selon les derniers pointages. Sur le terrain, depuis fin novembre, les indicateurs se sont redressés et certaines activités comme les parfums ont même affiché des scores tout à fait sympathiques malgré le contexte du moment.

Coup de sang. Au final, Christian Dior, maison-mère de LVMH a réalisé un CA annuel de 12.539 Millions d’Euros en hausse de 6 %. Malgré "l'accélération" boursière hier sur de nouvelles spéculations concernant un désengagement du groupe de DFS et de Sephora, la décote instantanée du titre reste excessive. Le fait que PPR ait annoncé hier ne plus tenir ses engagements de résultats d'ici 2005 a aussi eu pour conséquence de faire jouer les arbitrages en faveur du grand concurrent LVMH/Dior poussant le titre en direction de notre objectif des 40 Euros. Nous sommes d'avis de conserver les titres en espérant un comblement de la décote qui ramènerait le dossier sur un point d'équilibre que l'on estime proche des 50 Euros.

Cours à la date du conseil : 39,80€

— ©2002-2020, Boursier.com