Cotation du 04/12/2020 à 18h05 CAC 40 +0,62% 5 609,15
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 remonte de 0,61%

Clôture Paris : le CAC40 remonte de 0,61%
Clôture Paris : le CAC40 remonte de 0,61%
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — En hausse de 0,62%, le CAC40 a refranchi les 4.900 points, à 4.911 pts en clôture, dans le sillage du rebond enregistré à Wall Street. Donald Trump qui a repris une activité débordante sur Twitter a en effet appelé le Congrès à voter rapidement un plan de soutien fort de 25 milliards de dollars pour le secteur aérien, 135 milliards de dollars d'aides aux petites entreprises et le versement de 1.200 dollars d'aide à chaque foyer américain...
Le baril de brut WTI s'adjuge 2,5% à 40,95$, soutenu par les baisses de production liées à la grève dans le secteur en Norvège et par l'arrivée de l'ouragan Delta dans le golfe du Mexique. L'once d'or est stable à 1.891$. L'indice dollar prend 0,1% face à un panier de devises de référence.

ECO ET DEVISES

Les marchés restent suspendus aux tweets versatiles de Donald Trump et par les espoirs de mesures ciblées de relance. Mardi, le président américain avait pourtant jeté un gros froid en gelant les discussions avec les démocrates sur le plan de soutien à l'économie... Depuis, Trump a radouci le ton en demandant même au Congrès d'adopter rapidement une série de textes destinés entre autres à soutenir le secteur du transport aérien. Nancy Pelosi et Steven Mnuchin se sont entretenus encore par téléphone sur les perspectives d'un accord isolé concernant le secteur aérien. Les discussions se poursuivent ce jour...

La situation sur le marché du travail est toujours assez tendue aux États-Unis. Le Département américain au Travail vient d'annoncer, pour la semaine close au 3 octobre, des inscriptions au chômage au nombre de 840.000, en légère baisse de 9.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure, contre un consensus FactSet de 837.000. La moyenne à quatre semaines s'établit à 857.000, en repli de 13.250.

Les Minutes de la dernière réunion de la Fed, publiées mercredi soir, ont mis en évidence des divisions au sein de l'Etat major de la banque centrale américaine sur la notion de maintien des taux directeurs proches de zéro pour une période prolongée. Lors de sa réunion des 15 et 16 septembre, la Fed avait indiqué que ses taux directeurs (actuellement entre 0% et 0,25%), resteraient à ce plancher jusqu'à ce que l'inflation soit remontée modérément au-dessus de l'objectif de long terme de 2% de la banque centrale américaine. Les projections économiques de la Fed montraient que cela ne devrait pas se produire avant fin 2023.
Cependant, selon le compte-rendu de la réunion, les responsables de la Fed ont estimé que leur nouvelle stratégie n'était pas "un engagement inconditionnel" sur l'évolution des taux directeurs. Ainsi, en cas de reprise économique plus vigoureuse que prévu après la crise du coronavirus, il faudrait raccourcir la période où les taux resteront proches de zéro, et vice-versa, a précisé la banque centrale. Le compte-rendu rapporte que deux des dix membres votants du conseil monétaire ont désapprouvé, mais aussi (ce qui n "était pas encore connu) que "plusieurs" des 7 membres non votants avaient eux aussi exprimé des réserves sur la nouvelle politique monétaire défendue par le président Jerome Powell.
Plusieurs responsables se sont ainsi inquiétés d'une limitation de la flexibilité de la Fed, et ont souligné que la banque centrale, en influençant les vues des marchés sur l'évolution des taux à court terme, "pourrait contribuer à l'accumulation de déséquilibres financiers, ce qui pourrait rendre plus difficile pour la Fed d'atteindre ses objectifs à l'avenir".

Donald Trump a par ailleurs indiqué qu'il ne souhaitait pas participer à un débat virtuel le 15 octobre avec son rival Biden. Le débat devait avoir lieu à Miami, mais se ferait finalement à distance comme le préconise la commission sur les débats présidentiels, ce qui a déplu au président en poste. "je ne vais pas perdre mon temps", a lancé Trump.
A moins de 4 semaines de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, le candidat démocrate Joe Biden a accru son avance sur Donald Trump dans les derniers sondages, réalisés après que le président républicain a été atteint par le coronavirus.
Selon un sondage réalisé par la chaîne 'CNN', publié mardi soir, Biden a désormais une avance de 16 points sur Trump (57% de soutien contre 41% pour Trump). Un autre sondage, réalisé par l'université de Quinnipiac (Connecticut), donne une avance de 11 points à Biden, avec 51% d'électeurs en soutien, contre 40% pour Trump. D'autres enquêtes d'opinion montrent que l'avance du candidat démocrate s'est notamment accentuée dans des grand Etats qui avaient été remportés en 2016 par Donald Trump, dont la Floride, le Michigan, l'Iowa et la Pennsylvanie. Biden l'emporterait sur Trump dans le Nevada, et les deux candidats seraient au coude à coude dans l'Ohio...
La fiabilité des sondages est toutefois toute relative, compte-tenu du mode de scrutin aux Etats-Unis. Ainsi, le président américain n'est pas élu aux suffrage universel, mais à l'issue d'un scrutin indirect assez complexe, reposant sur des grands électeurs, dont le nombre correspond à celui des représentants (435) et des sénateurs (100) américains, plus 3 grands électeurs pour Washington DC.

VALEURS EN HAUSSE

Voluntis flambe encore de plus de 63% après l'obtention d'un nouveau brevet.

Genomic remonte de 28% avec Mauna Kea (+12%) et Haulotte (+10%)

Voltalia : +7% suivi de 2CRSI, Balyo, Jacquet et EOS (+6%)

Capgemini se distingue ce jeudi à la faveur d'un gain de 5,5%. La SSII bénéficie d'une actualité porteuse puisqu'outre une note positive du Credit Suisse, le géant indien Tata Consultancy Services s'envole à Bombay après les commentaires optimistes de son management et l'annonce d'un plan de rachat d'actions allant jusqu'à 160 milliards de roupies (2,2 milliards de dollars). Le PDG de l'une des plus importantes sociétés de services en informatique au monde, Rajesh Gopinathan, a déclaré que les budgets informatiques rebondissaient et que la croissance devrait s'accélérer alors que les clients dépensent davantage pour des services numériques tels que la migration vers le cloud, la sécurité et les outils de travail pour réduire les coûts et s'adapter à l'environnement post-pandémique. "La reprise se produit un trimestre plus tôt que prévu, elle est durable et a des bases solides", a déclaré le dirigeant. "Mais nous ne sommes pas complètement sortis de l'auberge et nous devons être prudents sur les fronts économique et sanitaire".

Akwel : +5% avec Elior, Claranova, TechnipFMC

TF1 : +4% avec Scor, Eramet

SES : +3,5% en compagnie de Iliad, Mersen, CGG, Alten, Edenred et M6

Atos : +2,5% suivi de Tessi, Coface, Tikehau

Korian (+2,5%) lance une augmentation de capital en numéraire avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires pour un montant (prime d'émission incluse) d'environ 400 millions d'euros (au prix de 18,10 euros par action). Predica et Holding Malakoff Humanis, les deux principaux actionnaires de Korian, détenant respectivement environ 24,3% et 7,7% de son capital, se sont engagés à souscrire à l'opération à hauteur de la totalité de leur quote-part dans le capital social de Korian, soit un montant global d'environ 128 millions d'euros, représentant environ 32% du montant total de l'émission.

Société Générale s'offre une quatrième séance dans le vert (+2%). Alors que la spéculation dans le secteur bancaire n'avait plus été aussi forte depuis de longs mois, le groupe de la Défense a annoncé hier soir les nominations de Delphine Garcin-Meunier au poste de Directrice de la Stratégie du Groupe et de Vincent Robillard au poste de Responsable de la Communication Financière et des Relations Investisseurs. Ces nominations seront effectives à partir du 9 novembre. Dans un entretien accordé à 'Reuters' mercredi, Frédéric Oudéa a par ailleurs estimé que "la valorisation actuelle de SocGen n'a aucun sens". Pour le directeur général de la banque, la refonte des équipes de marchés, associée à la levée attendue de l'interdiction par la Banque centrale européenne de verser des dividendes, et la réorganisation du réseau de banque de détail permettront de relancer la machine. "La situation devrait être très différente dans trois ou quatre trimestres", estime le dirigeant. "Nous avons récemment confirmé notre objectif d'une amélioration des performances au second semestre, en particulier sur nos activités des marchés actions, et avons lancé un projet prometteur afin de créer une nouvelle banque de détail qui sera leader en France".

VALEURS EN BAISSE

Solocal recule encore de 4% à 0,0228 euro avant le regroupement des actions qui devrait être effectif le 24 octobre.

AB Science : -3% avec Lagardere sur des prises de profits

Pharmagest : -2% avec Archos, Innate

BioMerieux : -1,5% avec Lectra, FNAC Darty, BioMerieux

JC Decaux cède 1,3%. Goldman Sachs vient de rétrograder d''acheter' à 'neutre' sur le dossier du leader de la communication extérieure. L'objectif de cours est quant à lui révisé à 17 euros, contre 18 euros auparavant dans le viseur.

FDJ : -1% suivi de LVMH, Legrand, Kering, Ipsos, Valeo

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !