Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 30/11/2020 à 11h32

Energisme -0,70% 5,660€

  • ALNRG - FR0013399359
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Thierry Chambon, DG d'Energisme

Thierry Chambon DG d'Energisme

Au moment de l'introduction en Bourse nous ne pouvions pas anticiper l'évolution de la situation...
Thierry Chambon, DG d'Energisme

Boursier.com : Vous avez expliqué lors de votre introduction en Bourse de juillet dernier que la deuxième moitié de 2020 serait consacrée à l'effort de commercialisation. Où en êtes-vous?

T.C. : Cet effort a effectivement été au coeur de nos priorités avec le renforcement de nos équipes commerciales internes et la signature de plusieurs partenariats de commercialisation qui vont démultiplier notre rythme de conquête. Ces partenaires qui vont déployer notre solution en marque blanche sont aujourd'hui en place et viendront soutenir notre croissance dès le second semestre. C'est le cas par exemple d'Econocom qui a annoncé en septembre le déploiement de la plateforme Energisme auprès de l'ensemble de ses clients au travers de son pôle Green & Energy, ou encore Capgemini qui a mis en place une équipe dédiée à la commercialisation de notre offre.

Boursier.com : Vous renoncez déjà à l'objectif des 4 ME de chiffre d'affaires annoncés lors de l'introduction en juillet, alors que la crise économique était déjà largement connue. Était-il trop élevé ou avez-vous sous-estimé les effets de la crise ?

T.C. : Au moment de l'introduction en Bourse nous ne pouvions pas anticiper l'évolution de la situation alors que des signes de reprise se dessinaient alors. Dans ce contexte, certains projets en discussions avancées ont effectivement été décalés nous obligeant à revoir notre objectif. Nous avons choisi de travailler surtout avec des très grandes entreprises car leurs besoins de data est très fort. Mais le revers c'est que leurs "process" d'achat qui est déjà naturellement long, est depuis cet été, et surtout la rentrée, encore plus long. Mais j'insiste : la croissance sera pour autant forte en 2020 avec une saisonnalité favorable au quatrième trimestre et des partenariats commerciaux qui commencent à porter leurs fruits. Nous avions par ailleurs un second objectif qui, lui devrait être tenu : afficher en décembre un revenu mensuel récurrent (MRR) d'environ 400 KE. Il ressortait à moins de 200 KE à fin 2019 ! Nous maintenons donc le cap sur ces revenus récurrents qui font la force de notre modèle SaaS.

Boursier.com : Quelle évolution enregistrez-vous auprès des 4 types de clients que vous adressez ? (NDLR : prestataires de services à l'énergie, fournisseurs et distributeurs d'énergie, industriels et gestionnaires de patrimoines immobiliers.)

T.C. : Les gestionnaires de patrimoines immobiliers sont directement impactés à la fois par le décret tertiaire et par le décret BACS. La combinaison de ces deux décrets va les obliger à suivre leur consommation d'énergie, à la réduire et à la monitorer. Cela est bénéfique pour la transition écologique et la transition numérique, nos deux secteurs d'intervention. Les fournisseurs d'énergie ainsi que les services à l'énergie ont de plus en plus la pression de leurs propres clients qui veulent avoir plus de chiffres et plus de connaissance de leur consommation. Or ceux-ci sont très peu équipés pour cela, ils viennent donc nous voir car nous sommes les seuls à être à-même de travailler en marque blanche (une vraie, par un portail simplement logoté). Quant à l'industrie, celle-ci sera portée par le concept de l'Industrie 4.0 et se sont surtout nos partenaires ESN (ex SSII) qui adresseront ce secteur avec notre plateforme.

Boursier.com : Où en êtes-vous de vos ambitions à l'international ?

T.C. : Il va d'abord être porté par l'accompagnement de nos clients qui sont pour la plupart des grands comptes avec des implantations internationales. Nous allons également bénéficier de la montée puissance de nos partenaires de commercialisation qui sont qui sont généralement également fortement présents hors de France. C'est seulement, une fois ces étapes franchies, que nous pourrons envisager des implantions directes. Et en attendant, la France nous offre déjà un potentiel de développement considérable ! A noter néanmoins que nous avons ouvert l'Espagne et que cela est prometteur avec des premiers succès attendus.

Boursier.com : La levée de fonds était-elle suffisamment dimensionnée, 8 ME, eu égard aux pertes que vous supportez encore (près de 3 ME au premier semestre, NDLR)?

T.C. : Cette perte était anticipée et elle est d'ailleurs déjà en baisse par rapport au premier semestre 2019. La réussite de notre plan de marche repose, vous l'avez compris, sur le décollage de nos partenariats de commercialisation. Ce modèle limite les coûts d'acquisitions et les ressources commerciales nécessaires en interne. Par ailleurs, l'essentiel des investissements R&D a été réalisé. Ce modèle vertueux, nous permet de maîtriser notre besoin de financement avec un fort effet de levier, une fois l'accélération de la croissance attendue au rendez-vous. Au regard de ces éléments, la levée était donc bien dimensionnée et nous permet aujourd'hui de suivre sereinement notre plan de marche.

©2020,