Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 04/12/2020 à 14h02

Damartex -1,83% 10,700€

  • ALDAR - FR0000185423
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Patrick Seghin, PDG de Damartex

Patrick Seghin PDG de Damartex

Il y a beaucoup plus dans Damartex que dans Damart...
Patrick Seghin, PDG de Damartex

Boursier.com : Pourquoi cette augmentation de capital de près de 30 ME?

P.S. : Nous avons lancé, il y a un an, le plan "Transform to Accelerate" et nos équipes ont été frustrées par la rupture de la dynamique en mars dernier, liée au Covid. Nos magasins ont souffert comme tous les acteurs "retail". Et oui! Nous avons toujours pour ambition de poursuivre notre transformation pour accélérer, notamment sur le pôle "Home & Lifestyle" et le pôle Santé.

Boursier.com : Doit-on vous attendre en matière de croissance externe? Notamment pour renforcer le pôle "Santé?

P.S. : Oui! Nous avons mis le pied dans le secteur de la santé à domicile depuis quelques mois et voulons continuer à grandir dans ce domaine, grâce à des acquisitions ciblées. Nous l'avons fait avec Santéol en décembre 2019. Mais une partie de la levée de fonds servira aussi au financement de la continuation du plan de transformation. Notre forte croissance dans le digital réclame des fonds.

Boursier.com : Comment voyez-vous le groupe à moyen terme?

P.S. : Notre ambition demeure toujours de constituer un groupe "100% Séniors", mais de plus en plus équilibré. Si le groupe a commencé avec le textile et la marque Damart en 1953, il est aujourd'hui plus diversifié. Nous continuerons à nous développer sur le marché de la "Silver Economie", avec une forte croissance attendue sur le pôle "Santé", une croissance comprise entre 5 et 10% sur le pôle Home & Lifestyle et de 1 à 2% de progression sur le textile. La résilience qu'apportent les trois pôles est une vraie force.

Boursier.com : Le textile sera t-il toujours présent dans le groupe à moyen terme?

P.S. : Si les relais de croissance sont clairement sur les deux "nouveaux" pôles, nous avons toujours de grandes ambitions dans le textile, car nous pensons que les marques à valeur ajoutée, bien ciblées sur leurs clients, ont de l'avenir : Xandres, Damart et Afibel. Si le poids du textile demeure important dans notre chiffre d'affaires, notre vision est d'atteindre un plus grand équilibre. Transformer le pôle textile va prendre du temps, mais forts de ces trois marques, nous pensons qu'il y a véritablement une place à prendre sur le marché du textile pour les séniors.

Boursier.com : Le premier trimestre reflète pleinement ce virage stratégique...

P.S. : Les chiffres du premier trimestre correspondent assez à la stratégie du groupe : nous avons limité la casse sur le textile, avec une vraie différence selon le canal de vente : -16% pour les magasins et +35% pour le e-commerce. Alors que les deux autres pôles sont en croissance.

Boursier.com : Quelle tendance observez-vous désormais sur les boutiques?

P.S. : Le trafic demeure en baisse, mais le taux de conversion est en croissance, de même que le ticket moyen. Au total, c'est donc un chiffre d'affaires en magasin en recul de -16% au premier trimestre, presque totalement compensé par la croissance des ventes en ligne. Ce sont les magasins de centre-ville qui souffrent le plus, contrairement aux magasins de périphérie de villes.

Boursier.com : L'augmentation de capital a t-elle des raisons financières?

P.S. : Financièrement le groupe est solide. Nous avons renégocié nos "covenants" bancaires en juin. Nous disposons de lignes de crédit significatives et nous avons aussi décroché un PGE, de 80 ME, qui est plutôt une sorte d'assurance en cas de nouvelle dégradation de la situation sanitaire. La force du groupe réside dans son positionnement sur ces 3 pôles. La "Santé" et le "Home & Lifestyle" ne souffrent pas ou très peu du Covid.

Boursier.com : Que manque t-il encore au groupe pour séduire le marché? Le titre, à 10 Euros, est loin de ses plus hauts au-dessus des 35 Euros...

P.S. : Le groupe est sans doute encore trop perçu comme dépendant d'un marché en déclin : le textile. Les investisseurs raisonnent encore trop "Damart" et pas "Damartex"... Il y a beaucoup plus dans Damartex que Damart... La marque historique reste notre ADN, mais nous sommes désormais diversifié, couvrant la silver économie dans son ensemble.

©2020,