Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 26/11/2020 à 16h31

Groupe Crit -0,16% 60,900€

  • CEN - FR0000036675
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Nathalie Jaoui, Directeur Général Délégué du Groupe Crit

Nathalie Jaoui Directeur Général Délégué du Groupe Crit

Pas dans les projets de céder l'aéroportuaire
Nathalie Jaoui, Directeur Général Délégué du Groupe Crit

Boursier.com : Pourquoi l'activité de Crit en France a-t-elle été davantage impactée par le confinement que celle située à l'international ?

N.J. : En effet, il est à noter un fort impact du covid-19 en France et une meilleure résistance à l'international. Le repli est limité aux Etats-Unis (60 % de notre activité internationale) et en Espagne la baisse d'activité est limitée à -11.8% sur la période avec un fort dynamisme du secteur agricole. En France, le confinement a duré près de 2 mois avec un marché du travail fortement impacté par l'arrêt de la plupart des activités. Ce qui explique le contraste des résultats entre la France et l'International.

Boursier.com : Etes-vous satisfait du résultat dégagé dans l'intérim sur le premier semestre ?

N.J. : Oui, c'est un motif de satisfaction. Nos résultats dans l'intérim sur le premier semestre ont plutôt bien résisté dans un contexte général dégradé. Sur le semestre, malgré un fort repli de 31 % du chiffre d'affaires, nous avons maintenu un niveau de marge très satisfaisant compte tenu du contexte, particulièrement sur le marché français.

Boursier.com : Comment voyez-vous évoluer le marché du travail temporaire ?

N.J. : Nous visons une reprise graduelle du marché avec une situation qui s'améliore au fil des mois. Pour CRIT, nous sommes rentrés dans l'été avec une baisse d'activité de 35%. Sur le mois de septembre, le repli des effectifs avoisine les 20%. Bien évidemment, il faudra observer ces évolutions par secteur d'activité. La bonne nouvelle est l'amélioration du secteur du BTP et de l'automobile. En revanche, certains secteurs font encore face à des difficultés comme l'hôtellerie ou l'aéronautique. Avec une progression du PIB attendue à 8% l'année prochaine, nous sommes ainsi confiants sur notre capacité à retrouver rapidement de bons niveaux d'activité sur le marché français qui est notre principal marché.

Boursier.com : L'aéroportuaire étant très pénalisée par la crise, ce pôle est-il à vendre ?

N.J. : Non, ce n'est pas dans les projets, et dans ce contexte de pandémie, au cours du premier semestre 2020, l'aéroportuaire a fait face à un contexte exceptionnel avec le quasi arrêt du trafic aérien, la fermeture des frontières et la fermeture des terminaux.

Boursier.com : Compte tenu de votre trésorerie, songez-vous à d'éventuelles acquisitions ?

N.J. : Compte tenu de notre niveau de trésorerie, avec une capacité de financement aujourd'hui intacte, le groupe est très bien placé pour envisager l'avenir avec sérénité et reste attentif aux opportunités d'acquisition qui pourraient se présenter.

©2020,