Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 04/12/2020 à 17h35

Nextedia -0,96% 1,030€

  • ALNXT - FR0004171346
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Marc Negroni, PDG de Nextedia

Marc Negroni PDG de Nextedia

Anetys, une acquisition structurelle pour Nextedia
Marc Negroni, PDG de Nextedia

Boursier.com : L'acquisition structurelle que vous visiez depuis quelque temps est-elle bouclée avec le rachat d'Anetys?

M.N. : C'est clairement une acquisition structurelle pour Nextedia. Nous cherchions un nouveau chapitre a écrire dans l'histoire de Nextedia, et étions en réflexion sur les diversifications que nous voulions apporter. Etant un acteur de la transformation digitale, nous ne pouvions plus imaginer ne pas nous développer sur le cloud, le Digital Workplace et la cybersécurité. Ces marchés-là progressent sur des niveaux de croissance bien plus élevés que celui de la digitalisation de l'expérience client, le marché de Nextedia.

Boursier.com : La cybersécurité, est-ce véritablement l'eldorado attendu ?

M.N. : Elle est devenue une industrie à part entière et il s'agit d'un marché aussi important voire plus important que les autres domaines du digital. Anetys est présent dans le segment de l'Access Management, le contrôle d'accès à la donnée et aux systèmes. Nous avons aussi des velléités de positionnement sur d'autres segments comme la protection des données sur le cloud. Le rachat d'Anetys n'est pas une fin en soi et ne signifie pas que nous souhaitons rester cantonnés dans leur segment de spécialité.

Boursier.com : Comment se répartit le chiffre d'affaires d'Anetys ?

M.N. : La cybersécurité représente 40% de leur chiffre d'affaires, soit environ 8 ME sur les 20 ME qu'Anetys totalise. La société réalise aussi 40% de son activité dans le Digital Workplace : déporter l'environnement de travail dans un environnement extérieur comme le domicile du salarié en assurant une totale sureté. Face au confinement, de nombreuses sociétés ont été obligées d'offrir un poste de travail déporté au domicile des salariés. Cela impose des enjeux forts de sécurité. Anetys déploie des solutions dans ces domaines depuis 15 ans. En outre, 10% du chiffre d'affaires est réalisé dans le Conseil et 10% dans le pilotage d'infrastructures.

Boursier.com : Le nouveau Nextedia s'envisage donc sur de nouveaux environnements de marché, avec de nouveaux concurrents et des stratégies différentes...

M.N. : Nous maintenons bien sûr notre présence dans la relation et l'expérience client. D'ailleurs, une partie de notre clientèle dans le domaine est confrontée à des problématiques de sécurisations. De centres d'appels à distance par exemple. Il existe donc une complémentarité opérationnelle.

Boursier.com : Vous ne divulguez pas le prix du rachat. On imagine qu'une partie est payée en actions ?

M.N. : Une partie en cash et une partie en actions. La proportion en cash n'est pas négligeable. Mais payer en action est vertueux à plusieurs titres : limiter l'endettement ou encore inscrire le management d'Anetys pleinement dans le projet. Il n'y aura pas de complément de prix à payer. Au-delà, nous voulons créer de la valeur et allons mettre en place un incubateur dédié à la cybersécurité pour co-financier les pépites de demain et leurs technologies. In fine cela doit se traduire sur la valorisation de Nextedia.

Boursier.com : Anetys est-elle rentable?

M.N. : Anetys est rentable, avec des fonds propres et une Trésorerie confortables. La marge opérationnelle n'est pas au standard qui est le nôtre en raison de forts investissements. Nous faisons le choix de continuer à investir, mais pour autant, l'entité peut viser 10 à 12% d'EBIT.

Boursier.com : Pascal Chevalier est-il la cheville ouvrière du rapprochement?

M.N. : Il est au "board" de Nextedia, est actionnaire d'Anetys et a pris part à la réflexion autour de ce rapprochement. Nous avons pris la décision ensemble d'aller sur le cloud et la cybersécurité, mais en prenant le temps de trouver la bonne cible.

Boursier.com : Envisagez-vous de changer de nom?

M.N. : Nous y réfléchissons. L'entité cotée qui portera le projet industriel et financier, Nextedia, va changer de nom. L'activité d'expérience et relation client, sera regroupée sous la marque Almavia CX. La cybersécurité et le cloud seront regroupés sous la marque Anetys qui perdurera et à laquelle s'agrégeront les prochaines acquisitions dans le domaine.

©2020,