Thierry Dupont, Associé chez BDL Capital Management

Thierry Dupont Associé chez BDL Capital Management

Nous privilégions les capitalisations d'au moins 1 Milliard d'Euros.
Thierry Dupont, Associé chez BDL Capital Management

Boursier.com : Quel est votre univers d'investissement ?

T.D. : Nous sommes convaincus qu'il n'y a pas de meilleur investissement que l'entreprise. Nous évitons néanmoins les secteurs que nous n'arrivons pas à valoriser comme la pharmacie, les assurances, le pétrole... BDL Capital Management entend également préserver la liquidité de ses fonds en ciblant les grandes valeurs. Nous privilégions donc les capitalisations d'au moins 1 Milliard d'Euros.

Boursier.com : Comment opérez-vous le processus de sélection ?

T.D. : Il s'agit d'être rigoureux avec une optique d'investissement de long terme. Au delà de l'analyse du modèle économique, on doit s'attacher à des sociétés peu sensibles à la déflation, qui ont la capacité de tenir leurs prix. Le marché ciblé doit offrir des barrières à l'entrée, le bilan de la société concernée doit être sain avec un management de qualité.

Boursier.com : Le timing est important...

T.D. : Nous investissons uniquement dans des entreprises dont nous estimons le cours de bourse attractif. Pour gagner de l'argent, il convient d'investir au moment où la valeur est dépréciée.

Boursier.com : Quels secteurs appréciez-vous ?

T.D. : Actuellement, nous apprécions certaines valeurs dans les télécoms, les utilities ou les biens de consommation courante. On peut évoquer à ce titre Henkel, Iberdrola ou E.ON.

Boursier.com : Les télécoms constituent pourtant un univers déflationniste...

T.D. : Oui de façon générale c'est vrai. Cependant cela dépend des pays et le régulateur se rend compte que les opérateurs n'investissent plus dans un tel environnement.

Boursier.com : Les utilities sont également un thème d'investissement peu apprécié par de nombreux autres gérants...

T.D. : D'où l'opportunité probablement. Chaque pays est différent. Nous sommes des stock-pickers et les réseaux gaziers ou électriques ont des cash-flows récurrents. Des prix bradés à cause de la crise de l'euro !

©2012-2019,

Partenaires de Boursier.com