Laurent Denize, Global co-Chief Investment Officer d'Oddo Meriten AM

Laurent Denize Global co-Chief Investment Officer d'Oddo Meriten AM

Le retard de valorisation des marchés de la zone Euro par rapport aux Etats-Unis devrait s'estomper

Boursier.com : Dans quel contexte économique les marchés vont-ils évoluer en 2017 selon vous ?

L.D. : Notre scénario central envisage une accélération modérée de la croissance mondiale, la poursuite du relèvement des taux aux Etats-Unis, des événements politiques avec des impacts limités sur les marchés. L'élection de Fillon et Merkel et le lancement des " Trumponomics ". Nous n'excluons pas un scénario alternatif, marqué par un plus fort rebond de l'inflation dans un scénario de croissance atone et un scénario bien plus hypothétique de ralentissement de la croissance.

Boursier.com : A quel niveau anticipez-vous les taux d'intérêt ?

L.D. : Nous pensons que la croissance mondiale devrait accélérer en 2017... Certes pas sur un rythme très dynamique, loin de celui d'il y a quelques années, mais à un niveau plus élevé qu'en 2016. La question principale de 2017 concerne l'inflexion sur les taux d'intérêt : ils devraient remonter aux Etats-Unis, puis au Royaume-Uni et peut-être en Europe. L'environnement déflationniste fort est révolu et les politiques budgétaires s'annoncent plus marquées. Ainsi, nous anticipons un niveau proche de 3% pour le 10 ans américain en fin d'année, autour de 1,80% au Royaume-Uni, supérieur à 0,50% pour le Bund et de 1 à 1,20% pour l'OAT en France. Les échéances électorales ne doivent pas affoler les investisseurs et peuvent même permettre de présenter des points d'entrées éventuels.

Boursier.com : L'écart de valorisation entre les marchés européens et américains peut-il se résorber en 2017 ?

L.D. : Le retard de valorisation des marchés de la zone Euro par rapport aux Etats-Unis devrait s'estomper, malgré la croissance inférieure à celle des Etats-Unis. La politique de la BCE est toujours active et les sociétés délivrent enfin des résultats en croissance. Elles ont renoué avec la croissance au troisième trimestre et enregistré leur plus forte hausse depuis le premier trimestre 2015. Pourtant les résultats demeurent pénalisés par le secteur pétrolier. Un momentum positif se met en place en zone Euro.

Boursier.com : Quelles valeurs devraient performer en 2017 ?

L.D. : La grande rotation est en marche au niveau des actions européennes et l'environnement actuel favorise les valeurs " value " et le retour à la moyenne de la décote... Cela se matérialise par exemple pour les valeurs bancaires. L'écart de performance s'est déjà sensiblement réduit entre le MSCI Europe Growth et le MSCI Europe Value, passant de plus de 30% au moment du Brexit à près de 5% aujourd'hui.

Boursier.com : Que pensez-vous des valeurs bancaires ?

L.D. : L'évolution des bancaires est corrélée à celle des anticipations d'inflations. La pentification de la courbe de taux est favorable aux banques et peut s'avérer un bon facteur de soutien pour les marges d'intérêts nettes. Au terme de la récente et vigoureuse remontée, les valorisations des banques européennes se sont normalisées sur la base du PER mais un peu moins en ce qui concerne le Price to Book. L'accentuation de la courbe des rendements pourrait s'avérer un bon facteur de soutien des marges d'intérêt nettes, alimentant les BPA et tirant le ROE à la hausse, il s'agit là d'une condition sine qua non pour continuer à croire en la réévaluation du secteur bancaire.

©2017,

Laurent Denize, Global co-Chief Investment Officer d'Oddo Meriten AM

Partenaires de Boursier.com