Cotation du 22/09/2017 à 11h19 Once d'Or -0,03% 1 297,00$
  • FIXAM - QS0010039905

Or : une année folle pour le métal jaune !

L'or a connu une année folle en 2016, avec une envolée de près de 30% jusqu'au mois d'août, suivie d'une dégringolade jusqu'à la fin de l'année...

Or : une année folle pour le métal jaune !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'or a connu une année folle en 2016, avec une envolée de près de 30% jusqu'au mois d'août, suivie d'une dégringolade jusqu'à la fin de l'exercice... Au final, à deux séances de la fin 2016, le métal jaune aura tout de même signé sa première hausse annuelle en 4 ans.

L'once d'or, qui avait démarré l'année à 1.060$, a atteint 1.375$ en août, avant de terminer, mercredi, à 1.140$, soit une hausse de 7,5% depuis le 1er janvier. Exprimée en euros, la progression est cependant plus importante, de 12,4%, le cours du dollar ayant progressé de près de 4,5% par rapport à l'euro cette année.

Une accumulation de facteurs d'inquiétude a favorisé l'or en première partie d'année

L'année a donc commencé en fanfare pour le métal jaune, une matière première dont le cours évolue moins en fonction de l'offre et de la demande, que sous l'effet de facteurs politiques et économiques. Ainsi, l'or, valeur-refuge par excellence, a profité en début d'année d'une accumulation de facteurs d'inquiétude pour 2016 : craintes sur la santé de la Chine, effondrement des cours du pétrole, aggravation des tensions géopolitiques au Moyen-Orient, sans compter la menace terroriste... Fin juin, le vote des Britannique en faveur du Brexit a encore renforcé les inquiétudes sur l'avenir de l'Europe, soutenant également le métal jaune.

En outre, la progression de l'or a été facilitée en début d'année par un accès de faiblesse du dollar face à un panier de devises mondiales. Le dollar a été plombé par la politique monétaire de la Fed qui, après avoir relevé ses taux directeurs d'un quart de point en décembre 2015, a été contrainte d'interrompre ce mouvement haussier en raison des turbulences de marchés et des inquiétudes sur la croissance mondiale...

Il existe en effet historiquement une corrélation inverse entre le dollar et l'or. Lorsque le billet vert prend de la valeur, l'or recule et vice-versa. Ainsi, dans un contexte économique et politique incertain, les investisseurs sont plus enclins à se reporter sur des valeurs refuges, dont l'or est le principal représentant. En cas de crise majeure, il est historiquement constaté que l'or conserve mieux sa valeur que d'autres actifs.

A l'inverse, lorsque la confiance dans la croissance économique est au rendez-vous, le dollar en profite, et les investisseurs ont tendance à réorienter leurs capitaux vers des placements plus risqués mais à plus fort potentiel que l'or (qui n'offre aucun rendement), comme les actions et les obligations (à mesure que les taux d'intérêts remontent).

De plus, l'or étant échangé sur les marchés mondiaux en dollars, il devient cher à acheter pour les investisseurs dans d'autres devises lorsque le dollar est élevé, ce qui entraîne une baisse de la demande d'or. A l'inverse, quand le dollar est bon marché, un acheteur en euros paiera son once d'or moins cher.

L'élection de Trump, la hausse des taux et du dollar ont brisé l'élan du métal jaune

Jusqu'à l'été 2016, l'or a aussi profité de la chute historique des taux d'intérêts, tombés dans de nombreux cas en terrain négatif, sous l'effet des politiques monétaires ultra-accommodantes des banques centrales, notamment en Europe et au Japon.

Mais à partir de septembre, l'or a commencé à perdre de sa superbe, à mesure que les anticipations de hausses des taux de la Fed se renforçaient et que le dollar reprenait de la hauteur sur fond de statistiques économiques américaines rassurantes.

Le coup de théâtre de l'élection de Donald Trump, le 8 novembre, a été un choc pour les investisseurs. La victoire surprise du candidat républicain a entraîné une rapide rotation des capitaux vers les marchés d'actions au détriment de l'or. Les actions devraient en effet bénéficier de la politique de relance budgétaire, de baisse d'impôts et d'allègement réglementaire promise par le prochain président américain.

En décembre, l'or a encore accentué sa chute après la décision de la Réserve fédérale de relever son taux directeur, le 14 décembre, et son intention affichée de procéder à trois nouveaux tours de vis d'un quart de point en 2017. La hausse des taux obligataires aux Etats-Unis (le rendement du T-Bond à 10 ans est passé de 1,8% à 2,6% en six semaines) a rendu les placements en obligations plus intéressants pour les investisseurs, entretenant la tendance défavorable pour l'or... Quant au dollar, il évolue en cette fin d'année à son plus haut niveau depuis plus de 13 ans face à un panier de devises mondiales, dont l'euro, de quoi décourager encore les acheteurs de métal jaune.

L'or reste une protection contre l'inflation, qui pourrait repartir à la hausse en 2017 outre-Atlantique

Pour 2017, les analystes financiers se montrent prudents sur l'évolution du cours de l'or, qui devrait continuer à se montrer volatil. Janvier est traditionnellement un mois positif pour l'or, en raison des achats par les Chinois dans l'optique des fêtes du Nouvel An chinois. Ensuite, l'évolution des cours dépendra des mesures annoncées par Donald Trump : si elles sont décevantes et entraînent une correction boursière, l'or retrouvera de l'attrait. A l'inverse, si le nouveau président parvient à donner un nouvel élan à l'économie américaine, l'or restera délaissé ces prochains mois...

A plus long terme, l'or devrait néanmoins se stabiliser voire retrouver des couleurs, selon bon nombre d'analystes. En effet, le métal jaune est considéré comme une protection contre l'inflation, et celle-ci pourrait s'accélérer à partir de 2017 aux Etats-Unis sous l'effet des politiques de la Fed et de l'administration Trump.

La situation politique instable dans de nombreux pays, où les opinions publiques semblent excédées par la classe politique traditionnelle, devrait aussi permettre à l'or de conserver un certain lustre. Les craintes d'une désagrégation de la zone euro, bien que peu probable, est aussi un facteur de soutien pour l'or. Dans le cas extrême d'un éclatement de la zone euro, l'or, coté en dollars, serait protégé des dévaluations qui suivraient l'abandon de la monnaie unique...

En outre, tant que les taux d'intérêt réels (corrigés du taux d'inflation) restent bas, l'or restera attractif. Ainsi, à la fin des années 1970, dans un contexte de forte inflation et avec des taux d'intérêts supérieurs à 8%, l'or avait connu l'une de ses plus fortes hausses historiques. Le cours de la "relique barbare" avait ensuite inscrit son record historique en termes réels (corrigé de l'inflation) en 1980, quand l'inflation avait atteint 14% aux Etats-Unis.

©2016-2017,

Or : une année folle pour le métal jaune !

Partenaires de Boursier.com